PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Banques

Enquête Banking Banana Skins

Les banquiers préoccupés par la reprise



La croissance mondiale semble sur la bonne voie pour 2016 mais la lenteur de la reprise inquiète le secteur bancaire. (Carte: The Economist - The World in 2015)

La croissance mondiale semble sur la bonne voie pour 2016 mais la lenteur de la reprise inquiète le secteur bancaire. (Carte: The Economist - The World in 2015)

La fragilité de la reprise économique mondiale et la réglementation figurent parmi les premières sources d'inquiétude des banquiers selon l'enquête Banking Banana Skins réalisée par PwC et le Centre for the Study of Financial Innovation (CSFI).

Plus de 670 banquiers, régulateurs bancaires et observateurs de l'industrie bancaire de 52 pays ont été consultés lors de cette enquête, dont 28 professionnels du secteur bancaire luxembourgeois.

Les trois principales préoccupations du secteur au niveau global résident dans la lenteur de la reprise économique, la criminalité et la réglementation. Les professionnels luxembourgeois identifient le même trio de tête mais dans un ordre différent.

En effet, l'excès de réglementation inquiète le plus les banquiers de la Place, qui redoutent ses effets économiques sur leurs affaires. Entre l'échange automatique d'informations, les nouvelles règles concernant les rescrits et les mesures anti-Beps à venir, les banques doivent s'adapter à un environnement en transition. «L’implémentation de la réglementation engendre des coûts importants», explique Olivier Carré, associé et banking leader chez PwC Luxembourg. «Les sociétés fintech sont sur le même segment que les banques mais ne sont pas soumises aux mêmes règles. Les régulateurs doivent mettre en place des mesures plus équitables pour assurer des modèles durables.»

Le shadow banking au pied du podium

En deuxième position pour les sondés installés au Luxembourg: l'environnement macroéconomique incertain. Les professionnels du secteur bancaire gardent un œil sur le niveau élevé de la dette émanant autant des gouvernements, des entreprises et des consommateurs. L'avenir des mesures d'assouplissement quantitatif et des taux d'intérêt est un autre sujet d'inquiétude. «La viabilité et la durabilité des modèles d'affaires de la banque constituent le premier pilier de l'évaluation prudentielle de la Banque centrale européenne où la BCE montre aussi ses préoccupations concernant les taux d'intérêt actuellement bas», ajoute Emmanuelle Henniaux, associée chez PwC Luxembourg, en charge des services de gestion des risques.

La criminalité figure en troisième place des préoccupations du secteur bancaire luxembourgeois. Avec un système bancaire mondial interconnecté, la cybercriminalité est évidemment crainte et impose aux professionnels une vigilance accrue en termes d'équipement technologique et de gestion des risques. En 4e position, le shadow banking trouble les professionnels luxembourgeois davantage que mondiaux (17e position) dans un environnement grand-ducal riche en fonds et en fintech capables de fournir des services bancaires.