PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS — Fonds

Conférence Alfi

Les asset managers face à leurs défis



Plus de 600 personnes sont attendues pour cette nouvelle édition de la conférence de l’Alfi. (Photo: Alfi)

Plus de 600 personnes sont attendues pour cette nouvelle édition de la conférence de l’Alfi. (Photo: Alfi)

Pour sa seconde édition, l’Alfi European Asset Management Conference attend plus de 600 invités pour des débats qui tourneront autour des différentes révolutions que doit affronter l’industrie des fonds.

Après le succès de l’édition 2017, l’Association luxembourgeoise des fonds d’investissement (Alfi) propose à nouveau ces mardi et mercredi deux nouvelles journées de conférences dédiées à l’asset management européen.

Cette année, le programme de l’Alfi European Asset Management Conference sera basé sur quatre «P»: «Product», «People», «Progress» et «Prediction». Elle traitera donc autant de l’avenir des produits, à l’heure où les fonds Ucits fêtent leurs 30 ans au Luxembourg, que des différents profils des investisseurs ou de la percée des investissements responsables.

Après avoir franchi, fin 2017, la barre des 4.000 milliards d’actifs sous gestion, l’industrie luxembourgeoise des fonds d’investissement peut-elle se reposer sur ses lauriers? Cela ne semble pas être son intention.

Une industrie en évolution

Les demandes des investisseurs évoluent. L’intérêt est plus marqué pour des investissements qui ont un impact sur le climat, l’environnement, la santé ou les conditions de travail.

Des préoccupations dont les gestionnaires doivent tenir compte. Tout comme ils doivent s’intéresser aux aspects culturels des différents investisseurs, qui proviennent désormais des quatre coins du monde.

Mais l’asset management affronte aussi un certain nombre de défis plus immédiats comme la progression des commissions et la réduction des marges, ainsi que la disruption liée à la révolution technologique et digitale.

Enfin, la conférence sera aussi l’occasion de confronter les positions de l’industrie européenne (Efama) et des autorités de contrôle (Esma) sur les différents aspects régulatoires.