ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Téléphonie mobile

Les appels internationaux dans l’UE moins taxés



unknown-1.jpeg

Pour les trois opérateurs luxembourgeois, cette nouvelle réglementation aura sur leur rentabilité un effet bien moindre que celui engendré par la fin du roaming. (Photo: Shutterstock)

Le tarif des appels internationaux vers un pays membre de l’Union européenne sera plafonné à partir du 15 mai prochain. Les opérateurs luxembourgeois disent tous avoir anticipé cette nouvelle réglementation.

Un peu plus d’un an après la fin du roaming, les opérateurs de téléphonie mobile européens vont devoir encaisser une nouvelle limitation tarifaire. Le Parlement européen a voté mercredi le plafonnement du tarif des appels internationaux intra-européens à 19 centimes et les SMS à 6 centimes à partir du 15 mai 2019.

Une bonne nouvelle pour les consommateurs, qui pourront ainsi communiquer plus librement à l’intérieur de l’Union européenne. Mais comment cette nouvelle réglementation va-t-elle impacter la rentabilité des opérateurs luxembourgeois?

Impact limité

Les effets seront minimes, voire inexistants, pour les trois prestataires de services télécom du pays. Chacun propose en effet des forfaits qui incluent des minutes internationales. Ces appels sont d’ailleurs souvent traités au même titre que les appels locaux dans les offres actuelles.

«Les appels internationaux en dehors des forfaits sont tarifés chez Orange à 0,1933 euro», rappelle ainsi Thierry Iafrate, en charge de la communication chez Orange Luxembourg. «C’est là qu’on peut voir que les usages de nos clients sont déjà bien considérés, et de façon très raisonnable.»

On ne fait pas la différence entre les appels locaux et internationaux dans les pays européens.

Cliff Konsbruck, CEO de Post Telecom

Chez Post aussi, cette nouvelle réglementation ne devrait pas avoir beaucoup d’impact. «Dans nos forfaits phares, on ne fait pas la différence entre les appels locaux et internationaux dans les pays européens», a expliqué Cliff Konsbruck, le CEO de Post Telecom, à Paperjam.

Or, le prix des minutes hors forfait de l’opérateur historique est, dans la majorité des cas, déjà sous le tarif proposé par le Parlement.

Des marges moins importantes

«Nous avions anticipé cette réglementation, tout comme celle mettant fin au roaming, en proposant des offres plus riches à nos clients. L’impact que nous avons toutefois observé est que les minutes hors forfait sont beaucoup moins nombreuses aujourd’hui, et il est clair que nos marges sur chaque client sont moindres qu’il y a deux ans», ajoute Cliff Konsbruck.

Chez Tango, le tarif moyen facturé pour les minutes à l'international en hors forfait est déjà aligné avec le nouveau réglement. L'opérateur n'est donc pas non plus inquiet.

«L’impact de ce règlement sera très limité comparé à ce qui a pu être observé avec la réglementation autour du roaming», précise l’opérateur. «En effet, les appels vers les pays européens à partir du Luxembourg sont inclus dans la plupart de nos abonnements, et ce depuis déjà plusieurs années. Nos conditions actuelles vont donc plus loin que le projet de plafond proposé dans la majeure partie des cas.»