ENTREPRISES & STRATÉGIES

Secteur MICE

L’«énorme impact économique» de Luxexpo The Box



capture_decran_2018-07-16_a_14.31.59.png

Alors que le ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, a laissé entendre que le centre d’expositions et de conférences devait déménager du Kirchberg, la Chambre de commerce a voulu mettre en valeur tous les atouts de Luxexpo The Box. (Photo: DR)

Le centre d’expositions et de conférences a généré plus de 100 millions d’euros de recettes fiscales l'année dernière. Un impact non négligeable sur l’économie luxembourgeoise que ses actionnaires veulent faire valoir, alors que la question d’un déménagement du site a été posée.

Stratégique pour le Luxembourg, le secteur Mice, pour Meetings, Incentives, Congresses, Events, est un marché en plein développement. Et si l’European Convention Center Luxembourg (ECCL) s’est déjà positionné sur le créneau, Luxexpo The Box entend également prendre sa part du gâteau.

C’est pour montrer la montée en puissance du centre d’expositions et de conférences du Kirchberg, mais aussi pour répondre à ceux qui remettent en question l’avenir du site, que la Chambre de commerce et la Ville de Luxembourg, qui possèdent à eux deux trois quarts du capital de l’entreprise, ont présenté lundi une étude sur l’impact du site sur l’économie luxembourgeoise.

236 millions d’euros de valeur ajoutée

Rien que pour l'année dernière, l'impact total annuel des événements organisés chez Luxexpo The Box a dépassé les 306 millions d'euros en termes de chiffres d'affaires, a fait travailler 2.800 personnes et a généré un peu plus de 100 millions d’euros dans les caisses de l’État. 74 événements ont été organisés et plus de 360.000 visiteurs accueillis.

Mais le plus important pour les deux protagonistes était de mettre en exergue la «valeur ajoutée» générée par l’entreprise. Ainsi, en enlevant au chiffre d’affaires total les «fuites directes et indirectes» à l’importation des biens et services nécessaires à l’organisation des événements, et en ajoutant les «effets multiplicateurs» liés à la consommation et aux investissements additionnels, «l’impact économique en termes de valeur ajoutée» est estimé sur les quatre dernières années à 236 millions d’euros.

Carlo Thelen, directeur de la Chambre de commerce

20 millions d’euros d’investissement

La Chambre de commerce est entrée au capital de Luxexpo en 2014, convaincue de l’importance d’un tel outil pour la promotion de l’économie luxembourgeoise. Mais les bâtiments qu’elle a récupérés sur le plateau du Kirchberg, qui ont été inaugurés en 1991, avaient besoin d’importants travaux pour devenir plus fonctionnels et s’adapter à un secteur Mice qui connaît depuis 2015 une croissance annuelle de 4% par an.

20 millions d’euros ont été investis depuis pour construire un nouveau parking, créer de nouvelles entrées et adapter la modularité des espaces, qui offrent désormais une surface d’exposition totale de plus de 36.000m2. Une nouvelle identité visuelle a également été faite pour transformer Luxexpo en Luxexpo The Box.

Carlo Thelen, directeur de la Chambre de commerce

Un nouveau concept en préparation

«Si les chiffres des années passées sont bons, on peut dire que le meilleur est à venir, car nous avons aujourd’hui un outil au point pour accueillir des événements d’envergure internationale», estime pour sa part Jos Sales, le vice-président du conseil d’administration de Luxexpo. «Notre objectif, maintenant, est d’attirer de gros congrès. Notre management travaille d’ailleurs sur un nouveau concept dans ce sens.»

Un bilan positif, un impact fort sur l’économie locale et des ambitions internationales: le message qu’a voulu donner la Chambre de commerce sur l’importance de Luxexpo The Box dans le paysage des affaires luxembourgeois est on ne peut plus clair. Une réponse, sans doute, au ministre du Développement durable et des Infrastructures, François Bausch, qui a laissé entendre la semaine dernière que le centre d’expositions et de conférences devait déménager du Kirchberg pour laisser place à des logements et des commerces.

«Si jamais nous voulons changer de site, nous aurons besoin de prévisibilité, car nous allons démarcher des organisateurs dès maintenant pour des congrès qui auront lieu dans 3 ou 4 ans»,  rappelle ainsi Carlo Thelen. «Et il faut savoir où et sous quelles conditions on le fait.»