POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Vers un nouveau référendum

L’Écosse veut avoir sa voix au Brexit



La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, veut consulter ses concitoyens pour organiser un référendum sur l’appartenance de l’Écosse au Royaume-Uni, suite au Brexit.

Le référendum n’est pas encore fixé, mais la campagne est lancée. La Première ministre d’Écosse, Nicola Sturgeon, a déclaré ce lundi qu’elle veut solliciter le Parlement d’Édimbourg afin d’organiser un référendum entre l’automne 2018 et le printemps 2019.

Mme Sturgeon estime «qu’il est important que l’Écosse soit en mesure de décider de son avenir (…) avant qu’il ne soit trop tard». S’adressant dans un message vidéo à ses concitoyens pour qu’ils soutiennent ce qui sera probablement une nouvelle campagne politique, la première dame (issue du parti indépendantiste SNP) indique que «la situation est ce qu’elle est», mais que l’Écosse a le droit de choisir, alors que le gouvernement de Londres devrait, quant à lui, enclencher l’article 50 dans les prochaines heures.

L’organisation du référendum écossais dépendra toutefois de l’autorisation du gouvernement et du Parlement britannique. L’attitude de Mme May à l’égard de cette nouvelle initiative sera donc clé, la Première ministre britannique voulant garantir la solidité du Royaume-Uni, tant à l’intérieur que pour des raisons d’image à l’extérieur.


Interrogés sur leur souhait d’indépendance de Londres en 2014, les Écossais avaient voté à 55,3% pour demeurer attachés au Royaume. Mais le Brexit et les futures relations entre Londres et le reste de l’UE ont changé la donne en faveur des indépendantistes qui gouvernent en Écosse.