POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Travaux à Luxembourg-ville

Le viaduc sera aménagé pour la mobilité douce



Outre la création d’une voie réservée aux bus, l’«Aal Brëck» se verra doté d’une piste plus large pour les cyclistes et les piétons et d’une nouvelle rambarde. (Illustration: Christian Bauer & Associés Architectes)

Outre la création d’une voie réservée aux bus, l’«Aal Brëck» se verra doté d’une piste plus large pour les cyclistes et les piétons et d’une nouvelle rambarde. (Illustration: Christian Bauer & Associés Architectes)

À partir du printemps, le pont passerelle «Aal Brëck» qui relie l’avenue de la Gare au plateau du Saint-Esprit fera l’objet d’importants travaux destinés à l’élargir. Objectif: permettre la circulation des bus, des cyclistes et des piétons. Soit un chantier d’une durée d’au moins deux ans.

L’abandon de la circulation des bus le long de l’avenue de la Liberté au seul profit du tram, d’ici à 2020, amène à une réorganisation du réseau. Mais pas seulement, puisque certaines infrastructures de la capitale devront être modifiées. C’est notamment le cas du viaduc qui relie l’avenue de la Gare à la Cité judiciaire, comme l’indiquent nos confrères du Wort.

Pour supporter le futur trafic des bus – dont le détail n’a pas encore été présenté –, mais aussi pour permettre une circulation plus aisée des cyclistes et des piétons, l’«Aal Brëck» sera élargi de 2,40 mètres. De quoi permettre la mise en place d’un couloir réservé aux transports en commun de 3 mètres, de deux voies pour les voitures et d’un espace de 4,5 mètres de large du côté du skatepark, où se croiseront adeptes de la petite reine et adeptes de la marche. De l’autre côté, les piétons continueront à marcher seuls, mais avec un trottoir élargi de 20 centimètres.

Le nouvel élargissement du viaduc qui relie l'avenue de la Gare à la Cité judiciaire devrait durer 411 jours, soit une période comprise entre deux ans et deux ans et demi. (Illustration: Christian Bauer & Associés Architectes)

Le nouvel élargissement du viaduc qui relie l’avenue de la Gare à la Cité judiciaire devrait durer 411 jours, soit une période comprise entre deux ans et deux ans et demi. (Illustration: Christian Bauer & Associés Architectes)

Si les plots en béton continueront de séparer les voies réservées aux véhicules de celles destinées aux piétons et aux cyclistes, ces derniers seront protégés du vide par une nouvelle rambarde, inspirée de celle installée le long du Pont Rouge. La nouvelle protection remplacera l’actuelle, qui est elle-même renforcée avec des grillages amovibles installés à la suite de plusieurs chutes volontaires. Aucun détail sur la hauteur définitive des futures protections n’a encore été fourni.

Selon les données des Ponts et Chaussées, ce chantier durera 411 jours ouvrés, soit une période comprise «entre deux ans et deux ans et demi». Durant la totalité des travaux, réalisés en phases successives, la circulation sera maintenue. Le budget total prévu de ces deuxièmes travaux d’élargissement du viaduc – après ceux effectués à la fin des années 1950 – s’élève à 9,1 millions d’euros.