POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Travaux d’aménagement

Le tram ne desservira pas la Cloche d’Or «avant 2023»



20180405_photo_matic_zorman_2996.jpg

Annoncée depuis 2014 pour l’horizon 2021, la mise en service complète du tram devrait ne pas avoir lieu au mieux avant 2023, selon la planification des Ponts et chaussées. (Photo: Matic Zorman / archives)

Info Paperjam - Alors que la communication officielle du gouvernement, depuis 2014, fait état d’une «mise en service prévue en 2020/2021» de l’épine dorsale des transports en commun vers le stade, la réalité sera bien différente. En cause, la nécessité de construire de nouvelles infrastructures.

Depuis avril 2014 et la première présentation du tracé global du tram, le planning de mise en service n’a pas varié. Les 16 kilomètres qui séparent le Findel du site du stade national seront desservis «en 2020/2021» par les rames multicolores opérées par Luxtram.

Un message politique qui se heurte toutefois à la réalité, en l’occurrence celle issue de la planification des Ponts et chaussées. «Nos prévisions actuelles tablent sur l’achèvement des travaux pour desservir la Cloche d’Or pas avant 2023», avance Robert Biel, chef de la division des travaux neufs des Ponts et chaussées, interrogé par Paperjam. Soit deux années supplémentaires rien qu’au niveau de la planification par rapport au discours tenu jusqu’à présent par le ministère du Développement durable et des Infrastructures. 

1 / 3
2 / 3
3 / 3

Les raisons de cet écart sont pourtant connues et tiennent principalement dans l’intégration du projet du tram dans celui plus vaste de réalisation de la nouvelle N3. Un projet destiné non seulement à favoriser les transports en commun en y intégrant le tram et plusieurs pôles multimodaux, mais aussi à totalement remodeler les accès au sud de la capitale.

Si Luxtram avait eu totalement la mainmise sur l’implantation du tram le long du Kirchberg et dans une certaine mesure jusqu’à la gare centrale, la société privée détenue à 75% par l’État et 25% par la Ville de Luxembourg devra composer avec les contraintes imposées par les travaux des Ponts et chaussées pour relier le site du stade national. Que ce soit le remplacement complet du pont Buchler, la réalisation d’un nouveau pont pour desservir le pôle multimodal de Howald ou le passage à 2x2 voies de la rue des Scillas.

Travaux de la N3 début 2019

«Il y a beaucoup d’ouvrages et d’ouvrages d’art qui devront être construits, c’est donc enfoncer une porte ouverte que de dire que les rails ne pourront être posés avant que ces éléments n’aient été construits», reconnaît André von der Marck, directeur général de Luxtram, qui se refuse en revanche d’avancer tout pronostic de mise en service effective. «Je ne prends des engagements que sur des dates que je peux tenir», poursuit-il en indiquant qu’à l’heure actuelle, «toutes les décisions sur ce tronçon n’ont pas encore été prises».

Les travaux de réalisation de la nouvelle N3, qui doit relier Bonnevoie au Ban de Gasperich, débuteront officiellement au début de l’année 2019, avec notamment l’élargissement du tablier du pont Buchler qui relie Bonnevoie à la gare. Si François Bausch (Déi Gréng), ministre du Développement durable et des Infrastructures, avait annoncé auprès de Paperjam en mai 2016 que ce chantier «ne devrait pas vraiment perturber la circulation», les options retenues tablent sur un chantier qui doit à lui seul durer «jusqu’en 2021».

«Plusieurs phases sont prévues, sans que la circulation des voitures et des trains ne soit interrompue», note Robert Biel, qui précise que tout au long du chantier, «la moitié des voies de circulation sera annulée de manière alternée» pour permettre la destruction, puis la reconstruction d’un nouveau tablier élargi. Ce dernier accueillera non seulement le tram mais aussi six voies destinées aux différents véhicules.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Autres points délicats du projet, non liés au tram cette fois-ci, la transformation du rond-point Gluck en carrefour à grande capacité, l’élargissement d’une partie de la rocade de Bonnevoie et la création d’un by-pass relié à l’A3 ou bien encore la sortie de terre de raccordements vers les futurs contournements d’Alzingen et de Cessange.

Voté au travers de deux lois distinctes, adoptées en août 2016 et août 2018, le projet de la nouvelle N3 représente une enveloppe globale de 236 millions d’euros. 106 millions d’euros pour les travaux entre la gare centrale et le pôle d’échange de Bonnevoie et 130 millions pour les travaux nécessaires à l’aménagement de la rue des Scillas et à la réalisation du pôle multimodal de Howald.

Mardi, le ministère du Développement durable et des Infrastructures indique que «le planning des Ponts et Chaussées ne pertubera en rien celui du tram» et précise que ce dernier circulera «d'ici à la fin 2022 comme l'avait indiqué le ministre Bausch avant les élections législatives». Aucune trace de cette déclaration n'a pu, à ce jour, être trouvée. Les dates de mise en service de la totalité de la ligne disponible sur le site du MDDI ou de Luxtram font également état de l'horizon 2021.