ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Anniversaire officiel

Le Terminal A souffle ses 10 premières bougies



Officiellement inauguré le 25 avril 2008, le Terminal A du Findel a été mis en service le 21 mai 2008. Il aura coûté 260 millions d’euros. (Photo: Nader Ghavami)

Officiellement inauguré le 25 avril 2008, le Terminal A du Findel a été mis en service le 21 mai 2008. Il aura coûté 260 millions d’euros. (Photo: Nader Ghavami)

Inaugurée le 25 avril 2008, pour une mise en service le 21 mai, la porte d’entrée du pays par les airs accueille désormais 3,5 millions de passagers annuellement. Les prévisions de croissance tablent sur une fréquentation jusqu’à quatre, voire cinq, millions de visiteurs.

Décidée en 1996 pour remplacer le terminal mis en service à la fin de l’année 1975, la construction du nouveau terminal deviendra réalité 12 ans plus tard. Car c’est le 25 avril 2008 que le Terminal A sera officiellement inauguré, un peu moins d’un mois avant sa mise en service effective, qui a eu lieu le 21 mai.

Ensemble de verre et de métal étendu sur 43.400m2 et signé par les architectes Bohdan Paczowski et Paul Fritsch, le terminal aura coûté la bagatelle de 260 millions d’euros, selon les comptes officiels de Lux-Airport.

1 / 5
2 / 5
3 / 5
4 / 5
5 / 5

«Voire 330 millions si l’on y ajoute les coûts de construction du Terminal B, de la halte ferroviaire et de la centrale de cogénération», précise le rapport annuel 2007 de la société privée désormais en charge de la gestion complète du Findel et propriété à 100% de l’État. Des références à la construction du deuxième terminal passager, remis en service en juillet 2017 après presque une décennie de mise en sommeil, mais aussi à la gare souterraine construite pour 35 millions d’euros et laissée sans attribution spécifique jusqu’à ce jour. Même si «l’option de créer un data center reste sur la table», assure René Steinhaus, CEO par intérim de Lux-Airport.

Imaginé initialement pour accueillir trois millions de passagers annuels, le Terminal A a vu ses chiffres de fréquentation exploser au cours de la décennie écoulée, passant de 1,6 million de passagers à 3,6 millions en 2017, qui ont officiellement transité par le Findel. Dont 2,9 millions pour le seul Terminal A, en lien notamment avec l’explosion de l’offre de compagnies low cost et «le changement de comportement des clients qui n’hésitent pas à prendre l’avion pour le week-end, ce qui n’était pas forcément le cas il y a 10 ans». Et la tendance ne devrait pas s’interrompre, à en croire René Steinhaus, qui souligne «la forte demande dans un monde aéronautique en plein changement».

Si son prédécesseur, Johan Vanneste, avait indiqué que l’aéroport pouvait accueillir jusqu’à «quatre, voire cinq, millions de passagers par an» si le trafic s’étale tout au long de la journée, le CEO par intérim se veut plus prudent en se refusant à avancer des chiffres concrets, mais note qu’«il y a assez d’espace pour offrir plus à nos clients».

Parmi les pistes d’amélioration en cours, les travaux réalisés en ce moment dans le hall d’arrivée des vols en provenance de l’espace non Schengen qui doivent aboutir, d’ici la fin du mois de juin, à l’installation de 10 portes automatiques de contrôle d’identité et à la hausse du nombre de guichets destinés aux agents de police. La mise en place d’une connexion transatlantique, évoquée depuis le début 2016, pourrait également booster la fréquentation du Terminal A. 

«Pour le moment, aucune discussion concrète n’a lieu, mais le temps dans ce dossier joue en notre faveur», estime René Steinhaus, qui suit de près l’arrivée prochaine sur le marché de nouveaux appareils, capables de transporter plus de 200 passagers sur une distance de quelque 7.400km et d’une taille identique à celle des appareils déjà présents au Findel. Ce qui met théoriquement New York à portée de main du Luxembourg. Enfin, l’essor de l’aéroport se fera de pair avec l’arrivée du tram d’ici 2021, qui améliorera la connectivité du Findel au reste de la capitale, mais aussi le développement progressif du concept d’Airport City, qui doit transformer les quelque 90 hectares du Findel en un ensemble doté d’un business center, d’un hôtel de standing et de nouveaux espaces de bureaux.