POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Gouvernement en Allemagne

Le SPD approuve l’idée de gouverner avec la CDU



En s’engageant personnellement en faveur de cet accord, Martin Schulz joue aussi sa crédibilité de leader capable de faire entendre la voix socialiste lors de l’écriture de l’accord de coalition. (Photo: Licence C.C.)

En s’engageant personnellement en faveur de cet accord, Martin Schulz joue aussi sa crédibilité de leader capable de faire entendre la voix socialiste lors de l’écriture de l’accord de coalition. (Photo: Licence C.C.)

Les socialistes allemands étaient réunis dimanche pour se prononcer quant à la future équipe gouvernementale. Ils ont approuvé l’idée de poursuivre les négociations avec la CDU.

Ce n’est qu’une étape, mais elle est importante. Depuis les élections du 24 septembre, l’Allemagne est dans une situation politique pour le moins délicate. À commencer pour la chancelière Angela Merkel, qui peine à boucler un accord de coalition dans le contexte d’une victoire marquée par un repli de son parti et une montée de l’extrême droite. 

Le salut viendra-t-il du SPD, lui-même en sérieuse perte de vitesse? Les délégués du parti, réunis dimanche en congrès extraordinaire à Bonn, ont validé l’idée de former un nouveau gouvernement avec la CDU et ses alliés bavarois de la CSU.

Mais le score de ce vote, 362 voix pour sur 642, montre d’ores et déjà que les opposants à cette coalition du sein même du SPD feront entendre leur voix pour que la teinte de gauche soit clairement visible dans le programme.


Le chef de file du parti et ancien président du Parlement européen, Martin Schulz, s’est voulu rassurant en indiquant: «Nous pouvons vaincre la vague de droite qui frappe l’Europe en formant un gouvernement stable avec un profil social-démocrate.»

Les responsables des partis doivent se rencontrer aujourd’hui pour entrer dans le vif du sujet. Différents responsables européens ont salué la perspective d’une sortie de l’imbroglio politique en Europe, même si le résultat final des négociations devra être approuvé par les mêmes du SPD.



Le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères, Jean Asselborn, s’est aussi félicité du feu vert donné par les délégués du SPD lors d’une interview livrée à 100,7.