POLITIQUE & INSTITUTIONS

Carte des bus de la capitale

Le «Spaghetti Monster» tire sa révérence



Depuis le 1er juin dernier et la mise en place du nouveau schéma de circulation des bus dans la capitale, le plan explicatif des lignes était l’objet de railleries des usagers. À compter du 14 mars, il cédera définitivement sa place à celui créé par l’architecte parisien Jug Cerovic.

«La pire carte de bus jamais réalisée.» Tel était le titre d’un article du site américain Vox publié le 20 mai 2015 et qui ne prenait pas de pincettes après avoir découvert la nouvelle représentation de l’organisation des lignes des bus de la capitale. Un nouveau schéma de circulation en vigueur depuis le 1er juin dernier, né de la suppression de la gare routière Hamilius et de l’anticipation des travaux d’aménagement liés à l’arrivée du tram.

Neuf mois après, la Ville de Luxembourg a entendu les remarques des usagers et a présenté mercredi la nouvelle mouture de son plan, réalisée par l’architecte parisien Jug Cerovic. Cette dernière remplacera la version actuelle à compter du 14 mars. «Quand nous avons vu la carte de Jug, nous avons réalisé que c’était une amélioration de la carte que nous avions, assure Lex Bentner, responsable du service des Bus de la capitale. Nous nous sommes dits que si nous pouvions avoir quelque chose de meilleur, alors pourquoi pas.» 

Venu au Grand-Duché début juin pour confronter sa carte des transports revisitée à la réalité du réseau, Jug Cerovic salue pour sa part «un dialogue constant» avec les responsables de la Ville, qui «veulent améliorer les choses» et «n’ont pas peur du changement». Plus lisible et plus aérée, la nouvelle carte présente également la fréquence du passage des bus au travers d’une épaisseur de tracé plus ou moins importante. Les lignes symbolisées par un trait épais représentent celles dont le passage est ainsi programmé toutes les 10 minutes, les traits fins indiquant pour leur part une desserte plus espacée.

Autre nouveauté: la présentation avec la même couleur des lignes qui partagent une partie de tracé, afin de permettre aux usagers de prendre indifféremment l’une ou l’autre pour arriver à leur destination. Cinq groupes de couleurs ont ainsi été définis, qui représentent par exemple les bus qui relient la gare au Kirchberg (lignes 1 et 16), ceux qui permettent d’aller de la gare au Limpertsberg ou au boulevard Konrad Adenauer (lignes 2, 4, 7 et 18) ou ceux qui vont de la gare vers Belair ou le Rollingergrund via Charly’s Gare (lignes 9, 10, 11 et 14).

Création d'une nouvelle ligne entre le Pulvermuhl et le Rehazenter

Représentant la topographie de la capitale avec les noms des différents quartiers - «afin que les usagers puissent facilement s’orienter», assure Jug Cerovic -, la nouvelle carte présente également plusieurs pictogrammes destinés à visualiser les possibilités d’interaction avec les différents dispositifs de mobilité douce. C’est le cas notamment de la présence de différentes gares, du futur ascenseur du Pfaffenthal ou bien encore des P+R localisés en périphérie.

Au côté de ce changement esthétique, les responsables de la capitale en ont profité pour annoncer la création d’une nouvelle ligne. Baptisée ligne 7, elle reliera entre 7h et 20h du lundi au samedi le Pulvermuhl au Rehazenter, via une desserte toutes les 30 minutes.

Le tracé de la ligne 8 sera, lui, adapté pour «réinstaller une liaison directe avec le Kirchberg et la commune de Strassen». Des changements sont aussi prévus sur les lignes 9 et 15. Un nouveau tracé des lignes 21 et 24 à la Cloche d’Or entrera également en vigueur.