POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Avis

Le programme gouvernemental vu par l’OGBL



screen_shot_2018-12-12_at_07.42.02.png

Le syndicat a notamment salué la volonté de l’exécutif d’améliorer le dialogue social au niveau des entreprises. (Photo: Matic Zorman / archives)

Lors de son comité national, mardi soir, la fédération syndicale a salué les nombreux pas en avant du programme du nouveau gouvernement. Mais elle a également pointé les mesures qu’elle souhaite encore clarifier.

C’était l’une des prises de position très attendues et un test pour le programme du nouveau gouvernement. L’OGBL est en effet le premier syndicat à se prononcer sur les grandes lignes du pacte de coalition tel qu’il a été présenté par le Premier ministre, Xavier Bettel.

Et les retours d’André Roeltgen, le président de l’OGBL, ont été assez positifs. Le syndicaliste a en effet énuméré les «pas en avant» qui jalonnent les ambitions de l’exécutif pour les cinq prochaines années.

Préservation de l’ajustement automatique de l’index des salaires, baisse de la TVA pour plusieurs produits, gratuité des maisons relais, ou encore augmentation des jours de congés… Au total, une dizaine de bons points ont été donnés.

Le salaire minimum doit augmenter davantage

Le syndicat a par ailleurs salué la volonté de l’exécutif d’améliorer le dialogue social au niveau des entreprises. Bref, le gouvernement va dans la bonne direction dans de nombreux domaines.

Il n’en reste pas moins des mesures à améliorer ou à négocier. Sur la gratuité des transports publics, l’OGBL se demande par exemple si celle-ci sera effective pour les frontaliers, car il s’agit là d’une potentielle discrimination qui ne serait pas acceptable.

Le syndicat aimerait aussi des clarifications sur la mise en pratique des ambitions du gouvernement pour atteindre les objectifs climatiques, car cet aspect lui est cher. La revalorisation du salaire minimum, qui ne sera augmenté que de 2%, est un autre point de discorde. Le syndicat demande qu’une hausse du brut de 10% soit faite.