COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Une carrière en cinq dates:

Le parcours de Jean-Nicolas Schaus



parcours_Schaus_G_jpg.jpg

Jean-Nicolas Schaus (Photo: Eric Chenal/Blitz)

Jean-Nicolas Schaus, né le 8 juin 1941 à Luxembourg, a fait des études gréco-latines avant d’étudier le droit à Nancy et à Paris. Il est une des figures de proue de l’autorité financière au Luxembourg depuis 40 ans.

Juin 1969: Débuts au Commissariat au contrôle des banques

«Dans un entretien avec M. Pierre Werner, ministre des Finances à l’époque, ce dernier m’a demandé de rejoindre le régulateur bancaire. «Va voir auprès de Dondelinger qui s’occupe du contrôle bancaire. Les banques peuvent peut-être constituer un domaine qui se développera». Le Commissariat au contrôle des banques était dirigé à l’époque par Albert Dondelinger, un des pionniers de la Place, et fonctionnait avec un effectif de 5 personnes. 

Juin 1983: Directeur de l’Institut Monétaire Luxembourgeois

«Vu le développement de la Place, l’IML est créé sous la forme d’un établissement public et une direction composée de 3 membres est nommée. Pierre Jaans est nommé directeur général et Jean Guill et moi-même sommes nommés directeurs. La direction s’est occupée à créer les bases permettant un développement global de la Place. 

Juin 1998: Directeur à la Banque Centrale du Luxembourg.

«Au premier juin 1998, l’IML est transformé en Banque Centrale du Luxembourg. Ses anciennes missions continuent à être exercées au sein de la Banque Centrale en plus des nouvelles attributions dans le domaine monétaire. La situation avait ceci de particulier qu’au moment de l’adoption de la loi déjà, les parlementaires s’étaient exprimés en faveur d’une scission de ces deux fonctions, jugeant leur exercice au sein d’une même entité inapproprié.

Ensemble avec Yves Mersch, qui était directeur général, et Arthur Philippe, nous avons fait du bon travail pendant les sept mois où nous étions aux commandes de la Banque Centrale. Il nous fallait mettre en place dans des délais très courts l’organisation de la Banque Centrale. Cette collaboration positive n’a duré que quelques mois du fait de la création telle qu’annoncée de la Commission de Surveillance du Secteur Financier. 

Janvier 1999: Directeur général de la CSSF

«La Commission a commencé ses activités sous la nouvelle dénomination en janvier 1999. Elle a repris les compétences assumées depuis le 1er juin 1998 par la Banque Centrale du Luxembourg dans le domaine de la surveillance prudentielle du secteur financier et a par ailleurs cumulé celles du Commissariat aux Bourses. A cette date, la CSSF comptait 124 collaborateurs. Depuis lors, l’activité n’a cessé de croître dans le secteur financier, de même que nos missions en tant que régulateur. Comme directeur général, et ensemble avec Arthur Philippe, Charles Kieffer et Simone Delcourt, nous avons constamment relevé le défi de traiter des dossiers de plus en plus complexes avec les compétences requises. 

8 juin 2009: Atteinte de la limite d’âge et départ à la retraite

«Dans quelques mois je partirai en retraite et je suis fier de laisser derrière moi une place financière stable et en bonne santé. Cette dernière connaît en effet une croissance continue dans presque tous les domaines. Je me réjouis de voir également que la Commission a su évoluer, comptant aujourd’hui un effectif de plus de 300 personnes. La CSSF est par ailleurs propriétaire de deux bâtiments. Je note avec satisfaction que la réputation de la Place est intacte au Luxembourg et en dehors. Je suis convaincu que les personnes qui me succéderont sauront prendre soin de la place financière et reconnaître tout son potentiel».