COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Management

Étude du Statec

Le Luxembourg progresse sur la formation continue



Le nombre d’entreprises offrant une formation continue à leurs salariés a progressé au cours des 10 dernières années pour atteindre 72%. Une amélioration qui place le Grand-Duché à la 10e place au sein de l’UE, au même niveau qu’en 2005, selon une étude publiée lundi par le Statec.

Trois quarts des entreprises au Luxembourg (72%) offrent des cours de formation professionnelle continue (FPC) à leurs salariés, contre 61% en 2005, selon une étude publiée lundi par le Statec. Avec ce pourcentage, le Grand-Duché est à la 10e position dans le classement des États membres en 2015. Le pays occupait déjà ce rang en 2005.

Si la FPC est offerte dans 72% des entreprises du Grand-Duché, on note un vrai écart entre les entreprises de 250 personnes ou plus (où 97% d’entre elles offrent des FPC à leurs salariés) et les petites entreprises, de 10 à 49 salariés (67%). Mais ce phénomène n’est pas spécifique au Luxembourg, puisque la moyenne européenne est à 57% concernant les petites entreprises.

Un impact réel des cours de formation professionnelle

89% des entreprises des secteurs des entreprises de l’information, de la communication, des activités financières et d’assurance offrent des formations continues à leurs salariés. La construction est plus à la peine, avec un pourcentage de 54% (62% pour la moyenne européenne dans ce secteur).

Si le Luxembourg ne se positionne qu’au 10e rang des États membres de l’UE en ce qui concerne le pourcentage d’entreprises formatrices, l’impact réel des cours de FPC sur les personnes occupées y est plus important. En effet, 6 personnes sur 10 participent à des cours, contre 4 sur 10 dans l’UE. Le Luxembourg se classe ainsi à la deuxième place, derrière la République tchèque (avec 8 personnes sur 10).

Autre élément marquant, les femmes profitent proportionnellement plus de l’offre de formations continues que les hommes (voir graphique ci-dessous). Mais comme le précise le Statec, «ceci s’explique surtout par le poids des secteurs des services financiers et autres services dans l’économie luxembourgeoise.»

Intitulée «CVTS - Continuing Vocational Training Survey», cette enquête s’inscrit dans le cadre des statistiques de l’UE sur l’apprentissage tout au long de la vie. Elle a été réalisée en 2016 auprès d’un échantillon représentatif de 1.035 entreprises de 10 salariés ou plus au Luxembourg.