POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Centrales nucléaires

Le Luxembourg inquiet de la sécurité de Cattenom



greenpeace.jpg

EDF estime avoir rapidement maîtrisé la situation dans l'enceinte de la centrale de Cattenom. Le Luxembourg reste inquiet. (Photo: Greenpeace)

Le Luxembourg réclame une enquête après l’intrusion de militants de Greenpeace au sein de la centrale nucléaire de Cattenom ce jeudi.

L’action des militants de Greenpeace au sein de la centrale nucléaire de Cattenom a été diversement appréciée. Ce jeudi, vers 5H30 du matin, une quinzaine de militants de l’ONG se sont introduits dans la centrale et ont tiré des feux d’artifice à l’intérieur de l’enceinte. Objectif: faire prendre conscience du manque de sécurité de ce genre de site.

Selon Greenpeace, ses militants ont pu s’immiscer au cœur de la zone nucléaire, ce que réfute EDF, propriétaire du site. «L’intrusion a été immédiatement détectée par les équipes de sécurité du site et le peloton spécialisé de protection de la gendarmerie les a interceptés vers 5h45. Les intrus sont toujours restés à l’extérieur des bâtiments et hors zone nucléaire», précise l’énergéticien dans un communiqué.

 

Le site étant situé à quelques kilomètres à peine de la frontière luxembourgeoise, l’action de Greenpeace inquiète le gouvernement grand-ducal. Par la voix des ministres Lydia Mutsch et Carole Dieschbourg, il se montre très préoccupé «par les lacunes flagrantes au niveau de la sécurité des accès de cette centrale».

Le ministère des Affaires étrangères a décidé de convoquer une réunion extraordinaire de la Commission mixte franco-luxembourgeoise de sécurité nucléaire. Le Luxembourg réclame aussi une enquête sur les circonstances de l’incident et interpellera le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot.