ENTREPRISES & STRATÉGIES — Technologies

Lancement

Le Luxembourg en mode «Street view»



Google Street View propose un voyage à 360° du nord au sud, en passant par le Kirchberg. Ici, la Chambre de commerce. (Photo: Google)

Google Street View propose un voyage à 360° du nord au sud, en passant par le Kirchberg. Ici, la Chambre de commerce. (Photo: Google)

Google a mis en ligne aujourd'hui le mode «Street view» pour le Grand-Duché permettant une exploration dynamique du pays par écran interposé.

Le Luxembourg est donc le 64e pays au monde à passer en mode «Google Street view», autrement dit à dévoiler ses charmes du nord au sud via une navigation à 360° proposée par le géant de l'ICT.

Accessible gratuitement via Google Maps (sélectionner un endroit puis cliquer sur l'icône en haut à gauche), Google Maps for Mobile et Google Earth, la fonctionnalité permet de «vérifier à quoi ressemble un restaurant avant d'y aller, établir un itinéraire de voyage, convenir d'un point de rendez-vous ou vous faciliter la vie avec vos devoirs de géographie», déclare Google. En ajoutant, «si vous êtes intéressé par l'achat d'une maison, vous pouvez découvrir le quartier d'un clic de souris.»

Ne vous étonnez toutefois pas de constater quelques potentiels changements une fois arrivés sur place puisque les images qui ont servi à proposer ce service ont été captées en 2009, par la fameuse voiture équipée de caméras permettant de reproduire l'effet à 360°.

Cet outil ne doit cependant pas être totalement boudé, car il pourrait être utilisé à bon escient dans le cadre d'une promotion touristique du pays en liant directement Google Maps à des sites internet et autres applications.

La protection des données garantie

«Google a pris des mesures très rigoureuses pour protéger la vie privée tout en permettant à tous les utilisateurs luxembourgeois de profiter de cette fonctionnalité», précise le communiqué de presse. «Street View n'affiche que des images déjà visibles depuis la voie publique et utilise une technologie sophistiquée pour flouter les visages et les plaques d'immatriculation. En outre, n'importe quel utilisateur peut marquer aisément une image afin de la faire retirer s'il considère qu'elle est inappropriée en cliquant sur «signaler un problème».

Une opération transparence dont l'origine remonte à la vague d'interrogations déclenchée à l'époque des prises de vues dans différents pays européens et relayée par les organismes en charge de la protection de la vie privée, dont la Commission nationale de protection des données au Luxembourg.

La CNPD avait donné son accord pour la captation des images, sous réserve du respect des données personnelles, ainsi que d'une information préalable du passage de la voiture dans le pays. Après quelques essais menés au hasard, le contrat semble rempli, même s'il est difficile d'éviter une erreur sur un tel nombre de clichés.