POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Développement économique

Le Luxembourg, 2e économie la plus «inclusive»



luxembourg_fortress_from_adolphe_bridge_02_c67.jpeg

Croissance économique et bien-être de la population, deux éléments qui cohabitent au Grand-Duché. (Photo: Licence CC)

Augmenter la croissance tout en réduisant les inégalités. Tel est l’objectif du nouvel indicateur de performance économique proposé par le Forum économique mondial et basé sur le développement solidaire. Publiée lundi, la nouvelle étude classe ainsi le Luxembourg à la deuxième place des économies les plus «inclusives», mêlant croissance et bien-être de la population.

Pour mieux mesurer le développement économique des pays, le Forum économique mondial (WEF) de Davos propose de ne pas s’en tenir au seul PIB. Il suggère ainsi un index visant à «réordonner les priorités en matière de politique économique afin de remédier à l’insécurité et aux inégalités qui découlent des évolutions technologiques et de la mondialisation». Baptisé indice de développement solidaire (IDS) et dévoilé en marge de l'ouverture du forum mondial de Davos, il s’appuie sur trois piliers: la croissance et le développement, la participation de la main-d’œuvre et la productivité et, enfin, l’espérance de vie.

Le Luxembourg dans le top 3

Par ce nouveau calcul, la Norvège, le Luxembourg et la Suisse arrivent en tête du classement établi par le Forum, occupant respectivement les trois premières places du podium. Classée n°1, la Norvège affiche un score record de 6,02. Le Luxembourg et la Suisse suivent, avec un résultat de 5,86 pour le premier et 5,75 pour la seconde.

Selon l’index, les résultats du Luxembourg et de la Suisse sont avant tout liés à «une croissance et un marché du travail robustes, à de hauts standards de vie médians, à une bonne gestion environnementale et une faible dette publique». Ces deux pays ont en commun une importante place financière, soutenant largement leur économie. Mais si la Norvège et la Suisse continuent d’avancer, ce n’est pas le cas du Grand-Duché qui, lui, connaît un léger recul.

L’Allemagne ne se trouve pas loin derrière, affichant un score de 4,99 et se plaçant à la 13e place. Suivent ensuite la Belgique (16e) et la France (18e). Quant aux États-Unis, plus gros premier PIB au monde, il se positionne à la 23e place. En Europe, l’Italie (27e), le Portugal (28e) et la Grèce (29e) font office de mauvais élèves.

Augmenter la croissance, réduire les inégalités

Selon le rapport du WEF, l’amélioration durable et généralisée des normes de vie devrait constituer «l’objectif numéro un des législateurs en termes de performance économique nationale, plutôt que la simple croissance du PIB». 

Un objectif d’autant plus important que ces cinq dernières années, le revenu médian par habitant a baissé de 2,4% en moyenne dans l’ensemble des pays développés. Le taux de croissance par habitant de ces pays est également inférieur à 1% en moyenne.