ENTREPRISES & STRATÉGIES
SERVICES & CONSEILS

Convention collective

Le dialogue social à l’arrêt chez Luxtram



2017_09_14_formation_traminots-67.jpg

Les tensions sociales remontent à avant le premier parcours du tram. (Photo: paperJam/Archives)

Les négociations autour d’une convention collective de travail au sein de Luxtram ne sont pas engagées sur une bonne voie. L’OGBL et le FNCTTFEL-Landesverband ont décidé de saisir l’Office national de conciliation.

Le climat social est plus que maussade au sein de Luxtram. Une situation pas vraiment neuve. Mais cette fois, une étape supplémentaire a été franchie, puisque l’OGBL et le FNCTTFEL-Landesverband ont décidé de saisir l’Office national de conciliation dans le cadre des négociations autour de la convention collective de travail.

Avec l’espoir que celui-ci aide à trouver une solution au conflit en cours, sans quoi «la situation se durcira encore», préviennent les syndicats.

Les tensions remontent à avant même les premiers mètres du tram à Luxembourg. Les deux syndicats déplorent en effet de longue date une différence de traitement entre les traminots et leurs collègues des bus RGTR ou des CFL.

Luxtram est une société anonyme – détenue à 70% par l’État et 30% par la Ville de Luxembourg –, néanmoins, la demande est que le niveau salarial des traminots et leurs conditions de travail soient identiques à celles de leurs collègues du secteur public.

Dans un cul-de-sac

«Des réunions ont eu lieu, des promesses ont été faites par le ministre François Bausch et la bourgmestre Lydie Polfer, mais rien n’a évolué. Nos propositions ont toutes été refusées par la direction de Luxtram», déplore Christian Sikorski, de l’OGBL. L’amplitude de travail a pourtant été revue à la baisse, passant de 13 à 11 heures, comme c’est le cas pour les conducteurs de bus.

«Mais il est précisé que, pour des raisons extraordinaires, cette amplitude pourra être remontée à 13 heures», commente Christian Sikorski. «Et ce que nous constatons, c’est que l’extraordinaire est devenu l’ordinaire. Cela met en danger le personnel et les usagers. Et puis, il faut constater que comme Luxtram a un conseil d’administration composé d’élus et de fonctionnaires, c’est quelque part l’État qui organise une forme de dumping social contre lui-même. Ce qui est intolérable.»

Bref, le dialogue est «totalement dans un cul-de-sac. Raison pour laquelle nous avons saisi l’Office national de conciliation.» Les deux syndicats sont occupés à affiner les derniers détails juridiques de leur saisine, qui aura lieu dans les jours à venir.

Contactée par Paperjam, la société Luxtram a indiqué ne vouloir communiquer que dans les prochains jours sur le problème de la convention collective.