POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Remaniement ministériel potentiel

Le départ de Schmit acté, Tess Burton ministrable



À 31 ans, Tess Burton se profile comme une figure montante au sein du LSAP. (Photo: Maison moderne / archives)

À 31 ans, Tess Burton se profile comme une figure montante au sein du LSAP. (Photo: Maison moderne / archives)

Quatre jours après les bruits faisant état d’un remaniement suite au départ du ministre du Travail pour la Cour des comptes européenne, le président du LSAP confirme la situation mais refuse de dévoiler le nom du ou des successeurs. La députée de l'Est Tess Burton est en bonne position.

Les choses se précisent, mais le flou reste de mise. Quatre jours après l’annonce dans la presse du départ du gouvernement de Nicolas Schmit, Claude Haagen a confirmé mardi sur les ondes de RTL Radio Lëtzebuerg «l’intérêt» de l’actuel ministre du Travail pour un poste au sein de la Cour européenne des comptes.

Candidat malheureux pour le poste d’ambassadeur à Paris, puis pour celui de commissaire européen en raison de la nomination de Jean-Claude Juncker à la tête de l’exécutif européen, la volonté de Nicolas Schmit de quitter la politique nationale pour une carrière européenne était donc connue depuis quelques temps. Au point que lors des négociations de mise en place de l’actuelle coalition gouvernementale, le LSAP avait obtenu d’avoir la priorité pour décrocher l’un de ces mandats.

Dans l'attente du feu vert européen

Interrogé par Paperjam.lu, le président du LSAP précise toutefois que «rien ne devrait se passer avant l’automne puisque tout dépend de la décision de M. Grethen de quitter son poste à la Cour des comptes européenne». Car le remaniement fort probable du gouvernement ne pourra intervenir qu’après que la candidature de l’ancien ministre DP pour prendre la tête du conseil d’administration de la BCEE soit étudiée par la Banque centrale européenne en vertu du statut systémique de la banque.

Selon Claude Haagen, la dernière analyse d’un dossier de la part de Francfort «avait pris entre deux et trois mois». Ce n’est donc qu’une fois la réponse positive tombée qu’Henri Grethen démissionnerait en laissant le champ libre à l’actuel ministre du Travail. Comme pour tout haut poste européen, la candidature de ce dernier devra être examinée par Strasbourg via une audition devant le Parlement. Les eurodéputés rendront alors un avis qui fera l’objet d’une décision de la part du Conseil.

Tess Burton pour un triple portefeuille

Les spéculations autour des conséquences de ce remaniement vont donc bon train depuis vendredi.

Seule certitude à ce jour: la volonté, selon les informations de Paperjam.lu, de Francine Closener de rester à son poste de secrétaire d’État en charge de l’Économie, la Défense et la Sécurité intérieure. Dans la circonscription Est, les candidats potentiels à la reprise du portefeuille ministériel détenu par le LSAP sont la députée Tess Burton, le premier échevin d’Echternach Ben Scheuer ou Mike Hagen, premier échevin de Junglinster.

Selon les informations de Paperjam.lu, Tess Burton tient la corde pour devenir ministre en charge de l'Économie solidaire, de la Coopération et de l'Action humanitaire ainsi que des Sports. Soit les portefeuilles actuellement détenus par Romain Schneider, qui hériterait pour sa part du Travail et resterait ministre de la Sécurité sociale, en cas de remaniement. Des options qui dépendent de la validation des instances du LSAP.

Lors du dernier Politmonitor du Tageblatt, publié en juin dernier, les trois prétendants se tiennent dans un mouchoir de poche, puisque Ben Scheuer recueille 25% d’opinion favorable, contre 24% pour l’actuelle plus jeune députée et 23% pour Mike Hagen. Selon ce même sondage, Nicolas Schmit recueillait 31% des intentions de vote dans une circonscription où le LSAP était en chute libre avec moins de 10% de confiance des électeurs.

Pour le président du LSAP, «il serait logique que ce soit quelqu’un de la circonscription Est pour que les mandataires au gouvernement soient issus des quatre circonscriptions», sans toutefois avancer de nom ni évoquer la possibilité d’une autre option.