POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Échanges à la Chambre

Le débat sur les médias repoussé au mois de mai



mm_cdd_re2403_1024.jpeg

Les députés échangeront sur l’avenir de la presse après le discours sur l’état de la Nation, programmé le 25 avril prochain. (Photo: Eric Chenal / archives)

La Conférence des présidents, réunie ce jeudi, a décidé de ne pas programmer les échanges sur l’avenir de la presse au 14 mars, comme initialement proposé, mais de les reporter de plusieurs semaines. Un report exigé notamment par le CSV.

Le débat d’orientation sur l’avenir de la presse n’aura finalement pas lieu dans le timing évoqué en début de semaine. La Conférence des présidents, organe réunissant les chefs de fraction des partis représentés à la Chambre, a en effet décidé, ce jeudi, de reporter ces échanges «au mois de mai». Sans plus de précision.

Mais au vu des disponibilités actuelles de la Chambre, une date comprise entre le 9 et 11 mai pourrait convenir. Soit quelques jours après la tenue du discours sur l’état de la Nation, programmé le 25 avril prochain.

Cette décision intervient après la publication de la note du Premier ministre qui prévoyait l’organisation des débats pour le 14 mars. Ce qui aurait laissé une semaine aux parlementaires pour préparer leurs arguments. Un temps jugé insuffisant par plusieurs députés, notamment issus des rangs du CSV, pour un sujet pour le moins vaste et complexe.

Aide à la presse, vérification des faits et déontologie

Pour rappel, ce débat d’orientation a été souhaité par Xavier Bettel, également ministre des Communications et des Médias, qui estime que cet échange doit permettre «d’élaborer ensuite, en commun, une vision sur le rôle des institutions publiques dans un paysage audiovisuel en pleine mutation susceptible de déboucher sur un plan d’action».

Outre la question du système d’aide publique à la presse, les échanges devraient donc porter sur la vérification des faits, mais aussi la déontologie. Deux enjeux dans le contexte de développement de la presse en ligne, de plus en plus en concurrence avec une multitude d’informations issues d’individus et dont la propagation virale peut entacher certains débats.