POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Législatives 2018

Le CSV plaide pour une imposition à 20% des sociétés



dsc_4658.jpg

Pour Claude Wiseler, tête de liste nationale CSV, la croissance du pays doit être «dirigée et accompagnée». (Photo: Mike Zenari / archives)

Les chrétiens-sociaux ont dévoilé, lundi, leurs ambitions en matière de fiscalité, de politique familiale ou bien encore de sécurité. Avec comme idée notamment de réduire «le fardeau fiscal global».

Le débat autour de la croissance s’est retrouvé une fois encore sur le devant de la scène, lundi, lors de la présentation de la dernière partie du programme du CSV pour les législatives. Estimant que «le Luxembourg a besoin de la croissance», Claude Wiseler, chef de fraction CSV et tête de liste nationale, a jugé qu’il fallait pourtant «la diriger et l’accompagner», selon l'expression citée dans le Luxemburger Wort.

Pour ce faire, le CSV plaide pour la mise en place d’un environnement fiscal «plus intéressant», via «la réduction du fardeau fiscal global des entreprises». Et donc l’abaissement du taux d’imposition des entreprises à 20% d’ici à l’horizon 2025 – contre 26% à l’heure actuelle – et l’instauration d’abattements fiscaux sur les capitaux à risques, afin d’encourager l’arrivée de start-up. Un effort devrait également être mis sur l’économie circulaire, dont la Nordstad devrait être l’un des fers de lance.

Renforcement de la sécurité souhaité

En matière de politique familiale, Françoise Hetto-Gaasch a présenté une série de mesures destinées à «favoriser la vie de famille» selon nos confrères du Quotidien, passant de «la gratuité de la prise en charge des enfants durant l’enseignement primaire» à la création d’une allocation complémentaire pour famille nombreuse, sans oublier le dépistage précoce des enfants en difficulté ou la réforme de l’Office national de l’enfance.

Dernier axe mis en avant, le soutien aux personnes âgées au travers de la mise sur pied d’un plan d’action favorisant les activités spécifiques et la prévention médicale. Qu’il s’agisse de mesures contre la démence ou du handicap. L’idée de développer des logements alternatifs à la maison de retraite a également été évoquée. Même approche en ce qui concerne la sécurité, où le CSV plaide encore une fois pour la mise en place du «Platzverweis», cette mesure d’expulsion des mendiants et des squatteurs, la création d’une police des transports ou bien encore du renforcement des effectifs de la police par des civils, chargés de missions administratives «pour que les agents assermentés soient plus sur le terrain».