ENTREPRISES & STRATÉGIES — Architecture + Real Estate

Investissement à la frontière

Le Bois d’Arlon est bien luxembourgeois



Le château (en haut) n'est qu'une toute petite partie du domaine, fait de bois et d'étangs...  (Photo: CBA)

Le château (en haut) n'est qu'une toute petite partie du domaine, fait de bois et d'étangs... (Photo: CBA)

La vente publique de 190 hectares ceignant le Château du Bois d’Arlon a confirmé l’intérêt du businessman luxembourgeois Roby Schintgen. Pour 2,1 millions d’euros de plus, il est désormais à la tête de l’ensemble. Son projet de golf peut mûrir.

Roby Schintgen est bien le nouveau châtelain d’Arlon. L’homme d’affaires luxembourgeois, qui avait déjà investi dans l’ancien château-hôtel et ses dépendances à vocation gastronomique, se trouve désormais à la tête de l’ensemble du domaine du Château du Bois d’Arlon.

Il a confirmé son intérêt en alimentant les enchères, lors de la vente publique diligentée par notaire, mercredi. Pour 2,1 millions d’euros environ, il a acquis les 190 hectares de bois et d’étangs – estimés à 1,5 million - constituant le domaine.

Celui-ci était jusqu’ici demeuré propriété privée des deux anciens investisseurs du site, Fabienne Fontaine et Michel Mathieu. Jadis associés dans une société immobilière luxembourgeoise, puis une société de gestion pour le château du Bois d’Arlon, ils avaient transfiguré le vieux château oublié, pour le faire renaître en hôtel de charme doté de salons de prestige et d’un centre de wellness. Ils avaient ajouté, dans l’ancienne conciergerie, un restaurant, avec salle de séminaires et petit théâtre à l’italienne. L’affaire n’avait jamais vraiment décollé, avant de péricliter.

5 millions en tout

Roby Schintgen avait déjà investi pour reprendre, après la faillite, le château et la conciergerie, utilisés comme lieux de séminaires, de banquet, pour des entreprises, des cérémonies ou des tournages, avec l’appui d’une série de traiteurs de la Grande Région.

Désormais, il possède donc aussi l’immense domaine boisé ceignant l’ensemble bâti. D’emblée, l’entrepreneur luxembourgeois avait imaginé faire naître un golf, dans cet endroit idéalement situé, aux portes de Luxembourg. Le projet avait, en son temps, été caressé aussi par les anciens acquéreurs, sans que l’affaire puisse sortir des cartons, faute d’investisseur partenaire.

En tout, Roby Schintgen a déjà investi environ 5 millions d’euros pour l’ensemble de la propriété, à laquelle il va pouvoir tenter de donner une plus-value, entre espaces à louer et futures installations pour amoureux de golf.