POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

DP

L’autre version du départ de Marc Ruppert



marc_ruppert_dp_mm.jpg

Le secrétaire général du DP aurait jeté l’éponge en raison du manque de débat démocratique au sein de son parti. (Photo : Sébastien Goossens / archives)

Le secrétaire général du DP a rendu son tablier jeudi dernier, officiellement pour des «raisons personnelles». La réalité serait plus complexe.

Marc Ruppert n’aurait pas simplement quitté la direction du DP pour profiter davantage de sa famille, en passe de s’agrandir avec un deuxième enfant. Pas seulement en tout cas, indique le Wort mercredi.

Plusieurs membres du parti interprètent ce départ comme un geste de résignation du trentenaire, pourtant présenté comme faisant partie de la brillante relève du parti, alors que les relations sont tendues avec la présidente Corinne Cahen.

Un nouveau secrétaire général

Le secrétaire général, candidat malheureux aux communales à Luxembourg malgré un score honorable, marque surtout sa déception. L’élection inédite d’une équipe rajeunie à la direction du parti — Corinne Cahen à la présidence, Max Hahn, Lex Delles et Marc Hansen à la vice-présidence et Marc Ruppert au secrétariat général – était en effet vouée à refléter la prise en main du parti par la relève et laissait espérer davantage d’échanges entre la base et la direction, surtout que les critiques grondaient depuis la constitution de la coalition Gambie – certains auraient préféré une alliance avec le CSV – et le fiasco du référendum de 2015. Les Jeunes Démocrates défendaient d’ailleurs l’idée d’une présidence du parti déconnectée du gouvernement afin que le parti garde son sens critique par rapport à la politique gouvernementale.

Marc Ruppert a d’ailleurs souligné dans son message Facebook de départ «combien la démocratie de base est importante dans un parti».

Interrogée par le Wort, Corinne Cahen indique qu’«il est normal qu’il y ait des divergences d’opinions dans un parti», sans que ce soit la raison du départ de Marc Ruppert. Le DP se réunit ce mercredi afin de désigner un nouveau secrétaire général qui devra être confirmé lors du congrès du parti en avril prochain. Martine Dieschbourg-Nickels, tête de liste à Strassen lors des dernières communales, et le député Claude Lamberty apparaissent comme les favoris, la première étant plus proche de Corinne Cahen. Celle-ci a proposé à Marc Ruppert un poste au comité de direction du parti, mais celui-ci se donne le temps de la réflexion.