LIFESTYLE & VIE PRATIQUE — Culture

De Mains de Maîtres

L’artisanat d’art en lumière



Sur plus de 300 créations, on retrouve, par exemple, dans l’ancien fumoir, des créations textiles. (Photo : D.R.)

Sur plus de 300 créations, on retrouve, par exemple, dans l’ancien fumoir, des créations textiles. (Photo : D.R.)

La Biennale De Mains de Maîtres revient au 19 Liberté, avec une exposition renouvelée et un panel d’artisans d’art élargi.

Suite au succès de la première exposition il y a deux ans, De Mains de Maîtres revient au 19 Liberté pour mettre en valeur les créations des artisans et créateurs d’art au Luxembourg, rassemblées sous le thème «Gestes et merveilles». Cette initiative est portée par LL.AA.RR. le Grand-Duc héritier et la Grande-Duchesse héritière, qui poursuivent leur engagement pour la mise en valeur de l’artisanat d’exception au Grand-Duché. Réalisée sous le commissariat de Jean-Marc Dimanche, l’exposition rassemble 90 artisans et créateurs.

Plus de 300 créations

Les amateurs de patrimoine apprécieront certainement le fait que l’espace d’exposition ait été élargi cette année, pour passer à 2.000m2, et permette ainsi de circuler à travers différents espaces et salons du bâtiment de la BCEE, 19 Liberté pour découvrir les 300 objets exposés. Certaines salles sont thématisées: c’est ainsi que l’ancien fumoir regroupe des créations textiles (Ezri Kahn, Caroline Koener, Jennifer Lopes Santos), et la longue table de la salle à manger sert de présentoir à différents objets en céramique, dont les nouvelles créations de Meyers & Fügmann, qui avaient bénéficié d’une bourse de la part de De Mains de Maîtres en 2017 pour partir en Chine approfondir leurs connaissances en porcelaine.

Dans les autres salles, on peut découvrir des bijoux (Franziska et Serge Goedert, Claude Schmitz, Romy Collé), des œuvres en pierre (Marc Hubert, Tom Flick), des objets de coutellerie (Stephan Bechet), ou encore deux étonnantes créations en béton, dont un vélo (Bijan Kesseler), mais aussi des créations en feutre, plumes ou en verre. Dans la salle de conférence, on remarque les céramiques de Roxanne Flick, le tambour de Massimo Savo, le banc de Marx Steffen, ou encore les fauteuils d’Olaf Recht et Kai Hengen.

1 / 4
2 / 4
3 / 4
4 / 4

Une section européenne et des manufactures

Une nouveauté s’est glissée cette année dans la présentation: une section entière est réservée aux artisans venus d’Allemagne, de Belgique et de France, plaçant par conséquent cette biennale sous un angle européen. «L’Europe est évidemment un caractère important au Luxembourg, il m’a donc semblé naturel d’élargir la sélection aux pays limitrophes, et ainsi de placer la scène luxembourgeoise dans un contexte plus large. Les Ateliers d’Art de France sont notre invité d’honneur pour cette édition et ont à ce titre sélectionné 16 artisans», explique Jean-Marc Dimanche.

Il faut également souligner la présence de plusieurs manufactures européennes qui ont permis la réalisation de créations conçues en collaboration avec des artistes. On notera par exemple la présentation d’un verre soufflé par Meisenthal, réalisé en collaboration avec Damien Deroubaix. En parallèle de ces créations, les organisateurs ont eu la bonne idée de présenter les photos d’Edward Steichen conservées dans la collection de la BCEE et représentant des portraits de Brancusi, Rodin, Matisse et de leurs œuvres.

Enfin, pour ceux qui souhaitent en découvrir encore plus, un parcours en ville est proposé avec une sélection d’œuvres exposées dans les musées de la ville et dans des galeries et ateliers.

Du 28 novembre au 3 décembre, 19 avenue de la Liberté, à Luxembourg, www.demainsdemaitres.lu