COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Trois questions à Céline Coubray, rédactrice en chef d’Archiduc

«L’architecture est l’affaire de tous»



archiduc.jpg

Archiduc, le nouveau magazine d’architecture vient de paraître. Edité par Mike Koedinger Editions (l'éditeur de paperJam), avec le soutien de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, il sera publié deux fois par an.

 

Céline Coubray, quel est le contenu d’Archiduc? À qui s’adresse-t-il?

Archiduc est un magazine dédié à l’architecture réalisée au Grand-Duché et celle faite en dehors de nos frontières par les bureaux luxembourgeois. C’est un magazine qui s’adresse à tout le monde, puisque l’architecture est et doit être l’affaire de tous. Mais nous visons aussi bien entendu plus particulièrement les architectes, les ingénieurs, les maîtres d’ouvrage, ainsi que les décideurs du monde économique et politique. L’actualité y est traitée sous différents formats, qu’il s’agisse de courtes brèves ou de dossiers plus développés. Pour ce premier numéro, nous avons choisi de consacrer un dossier à la 12e Biennale de Venise, avec notamment une large présentation du pavillon luxembourgeois. On trouve également un dossier destiné aux particuliers sur la rénovation durable et un autre dossier pour les entreprises sur l’éclairage. Au cœur du magazine, le lecteur découvrira la carte blanche offerte à l’architecte Marc Colbach, qui nous emmène dans un quartier de Pékin. A chaque édition, un architecte luxembourgeois est présenté à travers un portrait et un large portfolio. A l’occasion du numéro 1 d’Archiduc, c’est le bureau de Jean-Paul Carvalho qui est à l’honneur. Enfin, la dernière section du magazine reprend l’actualité de la Fondation de l’Architecture et de l’Ingénierie, qui collabore à l’édition de ce nouveau magazine.

En quoi ce magazine est-il différent des autres magazines d’architecture?

En plus de l’intérêt pour le contenu et de la pertinence de l’information, nous espérons nous démarquer par la qualité des projets présentés, l’exigence que nous avons par rapport à la maquette, au choix des papiers, à la qualité des photos. L’éditeur a souhaité réaliser un magazine audacieux et contemporain dans sa maquette, qui ait un réel intérêt visuel et graphique.

Quels articles avez-vous eu le plus de plaisir à écrire dans le premier numéro qui vient de paraître?

La Biennale de Venise a été un sujet très agréable à traiter, d’autant plus que l’édition de cette année propose des participations de très grande qualité et que l’exposition «People meet in Architecture», dont le commissariat est assuré par Kazuyo Sejima, donne à voir des installations généreuses et intelligentes, répondant pleinement à cette envie de partage et de rencontre, suggérée dans le thème général de cette biennale.