ENTREPRISES & STRATÉGIES
TECHNOLOGIES

Événement

L’Arch Summit lance le grand bal de l’innovation



o_minaire_silicon_vodafone_01.jpg

Warrick Cramer: «Nous ne sommes pas une agence événementielle, mais plutôt le fruit d’une collaboration entre le monde de l’entreprise, le public et les start-up.» (Photo: Tomorrow Street)

Le premier sommet international du centre d’innovation Tomorrow Street débute ce jeudi à Luxexpo The Box. Un rendez-vous crucial pour les start-up, comme pour les grandes entreprises en quête d’innovation.

Jour J pour l’Arch Summit, qui a pour ambition d’être le plus grand événement jamais organisé autour des start-up au Luxembourg. Plus de 100 jeunes pousses du monde entier sont attendues pour participer aux trois concours de pitchs prévus.

Il se déroule à Luxexpo The Box sur deux jours, ces jeudi et vendredi, sous la houlette de Tomorrow Street.

Et les appétits ont de quoi être aiguisés. 250.000 euros de prix ont été annoncés, dont 150.000 rien que pour la compétition qui désignera les business models et services les plus disruptifs.

Une seconde session de pitchs s’intéressera aux solutions qui «influencent positivement» l’émancipation de la gent féminine dans le domaine des nouvelles technologies. Elle portera le nom de l’actrice américaine Whoopi Goldberg et sera dotée de 50.000 euros de prix. Une somme identique sera à partager dans le cadre du troisième concours, dédié à l’impact social des start-up.

Connecter les bonnes personnes

Mais le principal intérêt de l’Arch Summit ne réside pas là. Plus d’un millier de décideurs d’entreprises du monde entier seront présents, ainsi que des dizaines d’investisseurs. Une occasion unique pour les start-up locales, dont plusieurs auront leur propre stand.

«De nombreux événements ont pour but de connecter les start-up aux grandes organisations, mais ne parviennent pas à générer des relations ayant un impact réel», expliquait Warrick Cramer, le CEO de Tomorrow Street, à Paperjam.lu la semaine dernière. «Or, nous ne sommes pas une agence événementielle, mais plutôt le fruit d’une collaboration entre le monde de l’entreprise, le public et les start-up.»

Un gage qualitatif? Sans aucun doute. L’enjeu d’un tel rendez-vous pour les jeunes pousses est en effet de rencontrer de potentiels clients ou partenaires habituellement difficiles à aborder. L’occasion de pouvoir être certain que son produit colle aux besoins du marché, mais aussi d’espérer enregistrer les premières commandes, qui seront autant de sources de financement.

Des intérêts partagés

«Les start-up doivent également en profiter pour savoir ce qui est fait par d’autres start-up et mener une veille technologique nécessaire», indique Olivier Selis, le CEO du Lux Future Lab. L’incubateur de BGL BNP Paribas comptera trois de ses membres en lice pour les concours de pitch (LuxAI, Univize et Food4All). Chacune bénéficiera également d’un stand.

Mais il ne faut pas s’y tromper. Ce genre de salon est également une aubaine pour les grands groupes. «On y vient chercher de l’innovation externe pour en bénéficier en interne», note Martin Guérin, le CEO du Luxembourg City Incubator (LCI), qui sera hébergé à partir du 1er juin à la House of Start-ups.

Aujourd’hui, 80% de l’innovation se joue dans les start-up.

Martin Guérin, Luxembourg City Incubator

«Aujourd’hui, 80% de l’innovation se joue dans les start-up. Les entreprises plus matures le savent et ne veulent pas se priver de cette ressource», ajoute-t-il. Au-delà des intérêts commerciaux, l’Arch Summit sera une formidable occasion de prendre la température du futur de l’économie.

Vodafone, Accenture, Google, Amazon, Huawei… Les plus grands groupes technologiques seront représentés, et de nombreuses présentations et discussions sont prévues tout au long de l’événement.