POLITIQUE & INSTITUTIONS

Bitburg Airport

Lamparski Group sans base à Luxembourg



flugplatz_bitburg_photo_usaf-europe.jpg

L’ancienne base aérienne attend un redécollage promis mais difficile. (Photo : Usaf-Europe)

La société en commandite par actions Lamparski Bitburg Airport Group, qui pilote le projet de développement de l’aéroport de Rhénanie-Palatinat, s’est vu dénoncer son siège social de Luxembourg. Il manque une base pour le décollage…

L’ingénieur luxembourgeois Frank Lamparski a pris un nouveau vent. L’homme est, depuis des mois, sur un gros coup : redonner un lustre international et commercial à l’ancienne base Otan de Bitburg, pour laquelle il avait un projet énorme (lire article de paperJam, ci-dessous).

Mais Lamparski Bitburg Airport Group, la société en commandite par actions qui pilote le projet depuis Luxembourg, n’a plus de siège social. On ne trouve pas la trace d’un nouveau siège en tout cas, depuis ce mois de décembre. Alors que, depuis le 9 décembre, le Memorial a acté la disparition du siège originel. Celui-ci, route d’Esch, hébergeait aussi la société IAD (International Airport Development), également créée par M. Lamparski.

« Plus aucune relation »

« Nous vous prions de bien vouloir prendre acte de notre volonté de dénoncer avec effet immédiat la domiciliation du siège social de la société Lamparski Bitburg Airport Group », écrivait l’administrateur d’une société de marketing et communication de Luxembourg, en date du 24 octobre dernier déjà.

Contactée, cette société n’a pas souhaité commenter davantage. Manifestement très embarrassée par les questions sur ce sujet, notre interlocutrice a confirmé la dénonciation du siège social, sans vouloir préciser le lien avec le groupe de M. Lamparski. « Nous n’avons plus aucune relation avec cette personne », nous a-t-il été répondu.

Plus de nouvelle

Double déconvenue pour Lamparski Bitburg Airport Group, qui a perdu, par démission de l’intéressé - publiée au Mémorial également -, un membre de son conseil de surveillance : ce citoyen belge habitant la région de Gand, un manager d’investissement actif aussi sur le Luxembourg ou la Suisse, a souhaité jeter l’éponge.

Quant au montage financier qui devait convaincre les autorités allemandes, toujours propriétaires de la base aérienne, il tarde. M. Lamparski avait promis 30 millions d’euros, de la part d’investisseurs issus du Luxembourg, pour concrétiser l’avancée du dossier. La fin de l’année approche et il semble qu’aucune nouvelle récente n’est venue rassurer ceux qui espèrent un aéroport international pour passagers et fret.