POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Réalisation d'une contre-expertise

L’A31 bis sera en débat jusque fin septembre



bouchon.jpg

En raison des passions déchaînées par le tracé de l'A31 bis autour de Toul, une expertise indépendante sera réalisée au cours de l'été. (Photo: Flickr/Licence C.C.)

Débutés en avril dernier, les échanges sur le tracé de la future autoroute lorraine devaient prendre fin le 13 juillet prochain. C’était sans compter sur certains élus qui ont obtenu un report pour réaliser une contre-expertise sur le tracé.

Dans les cartons depuis plus de 20 ans et en débat officiel depuis trois mois, le projet de l'A31 bis connaît un nouveau rebondissement. Alors que les débats organisés par la Commission nationale du débat public (CNDP) se tenaient jusqu'à présent selon un calendrier précis, un grain de sable est venu enrayer la machine. Celui introduit par Dominique Potier, député de la cinquième circonscription de Meurthe-et-Moselle, au nom de l'ensemble des élus du Grand Toulois.

Au cœur de la querelle, le tracé retenu pour l'autoroute entre Toul et Dieulouard, auquel s'opposent les élus locaux depuis des semaines. Jugée recevable par la CNDP, la saisine a abouti à la mise en place d'une expertise indépendante dont les élus contestataires espèrent qu'elle permettra «d'explorer des pistes alternatives au tout-routier». Pour permettre la réalisation de cette étude «complémentaire de qualité» selon la CNDP, la fin des débats publics a été reportée au 30 septembre, contre une date initiale prévue au 13 juillet.

Enveloppe budgétaire de 1,4 milliard d'euros

Ce délai supplémentaire aura également une conséquence sur l'ensemble du calendrier du projet, puisque deux nouvelles réunions d'information se tiendront dans le courant du mois de septembre. Le bilan des débats sera ainsi communiqué le 30 novembre et la décision finale quant à la poursuite ou à l'abandon du projet se fera «avant le 29 février 2016», assure la CNDP. Selon les plans initiaux, l'État français devait rendre sa décision avant le 13 décembre.

Depuis le lancement des débats, le 15 avril, quelque 2.300 personnes ont participé aux rencontres publiques organisées dans les villes impactées par les différents tracés envisagés de la future A31 bis. Le tout, pour une enveloppe globale estimée à quelque 1,4 milliard d'euros.