POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Étude sur la mobilité

La voiture plébiscitée par les employés du Kirchberg



parking-kirchberg-7.jpg

Les alternatives à la voiture existent, encore faut-il qu’elles soient structurées au sein des packages salariaux. (Photo: Sven Becker / Archives)

Selon une enquête menée par IMS Luxembourg et LuxMobility, 7 employés sur 10 travaillant au Kirchberg utilisent leur véhicule pour se rendre sur leur lieu de travail. Mais les entreprises se mobilisent aussi pour changer la donne.

La voiture est encore bien ancrée dans les mœurs. C’est ce que démontre une étude réalisée par IMS Luxembourg, le réseau spécialisé dans l’exploration de solutions durables dans le monde des entreprises. Selon les résultats, 7 personnes sur 10 utilisent leur véhicule pour aller travailler au Kirchberg. 

326 employés issus de six entreprises du Kirchberg et de deux institutions ont participé à cette enquête en communiquant, durant six semaines, leur mode de transport via une application appelée «Positive Drive».

«On remarque que, malgré l’offre de transports en commun qui se diversifie à Luxembourg, un nombre important de personnes préfèrent utiliser leur voiture», observe Gaëlle Tavernier, senior project manager en charge du développement durable chez IMS Luxembourg. «Malgré les embouteillages, les personnes habitant dans un rayon de 5 ou 10 kilomètres utilisent leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail.» 3 personnes sur 10 seulement optent pour les transports en commun ou la mobilité douce, la marche ou le vélo.

Les voitures de société et les places gratuites de parking au sein des entreprises n’incitent pas les employés à utiliser un autre mode de transport. «Il ne faut pas bannir leur usage, mais proposer des alternatives au sein des sociétés», explique Gaëlle Tavernier.

Voitures et vélos électriques

Chez Linklaters, qui compte parmi les entreprises participant à cette étude, les employés sont encouragés à prendre les transports en commun et à limiter l’usage de la voiture. «En nous organisant à l’avance, nous permettons à nos employés du service administratif et aux avocats de travailler à la maison afin de limiter les déplacements», explique Louis David, finance and operations manager au sein du cabinet d’avocats.

Nous finançons également une partie des abonnements de train et des transports en commun.

Anne-Sophie Minaldo, responsable CSR chez KPMG

«Nous permettons aussi à nos employés qui viennent en train, en bus ou en voiture de décaler leurs horaires pour éviter les embouteillages. Nous encourageons aussi l’usage du vélo. On a installé des racks et augmenté le nombre de nos douches.»

La société Linklaters a également investi dans des vélos électriques en leasing. «C’est pratique pour nos employés qui doivent se rendre en ville sur le temps de midi ou pour aller à des rendez-vous avec des clients», expose Véronique Cioli, marketing and BD manager chez Linklaters. «C’est mieux que d’utiliser le taxi. Les nouveaux arrêts de tram proches de nos bureaux permettent aussi à nos employés d’utiliser plus les transports en commun.»

Nous allons réfléchir à la manière d’encourager davantage les travailleurs à aller dans le sens de la mobilité douce et du covoiturage.

Louis David, finance and operations manager chez Linklaters

De son côté, le cabinet KPMG propose des voitures électriques pour les déplacements en ville de ses employés. «Nous finançons également une partie des abonnements de train et des transports en commun», avance Anne-Sophie Minaldo, responsable CSR (Corporate Social Responsibility). «Nous pratiquons aussi le télétravail une fois par semaine.»

Malgré les efforts, la voiture reste, pour l’instant, privilégiée pour venir au travail. «Nous allons réfléchir à la manière d’encourager davantage les travailleurs à aller dans le sens de la mobilité douce et du covoiturage. Surtout ceux qui ne viennent pas de loin», ajoute Louis David pour Linklaters. «Nous pensons à l’usage de l’application Copilote.lu ou au système de navette partagée Kussbus.» 

Prochaine étape

Durant ces prochains mois, les entreprises participantes et IMS Luxembourg vont réfléchir ensemble aux initiatives à mettre en œuvre pour diminuer l’usage de la voiture. Le financement de l’achat de vélos électriques, plutôt qu’une voiture de leasing, ou un accès prioritaire au parking pour les employés pratiquant le covoiturage sont des options envisagées.

Cette démarche, qui a pour but de faire évoluer les comportements, s’inscrit dans le cadre du pacte climat du ministère du Développement durable. Le pacte climat a pour but de favoriser des projets au sein des communes en matière de lutte contre le changement climatique.

Liste des participants à cette enquête sur la mobilité:

  • ABBL
  • Allen & Overy
  • Arendt & Medernach
  • Banque européenne d’investissement
  • Chambre de commerce
  • KPMG
  • Linklaters
  • Onet