POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Recherche publique

La page Marc Lemmer tournée au List



lemmer_reinig.jpg

Marc Lemmer, à droite, ici aux côtés de son ancien alter ego du CRP Lippmann, Fernand Reinig. (Photo: archives Paperjam))

Le Luxembourg Institute of Science and Technology, fruit de la fusion de deux CRP, et l’ancien directeur du CRP Tudor séparent leurs chemins. Marc Lemmer se donne le temps de définir ses activités futures.

Un laconique communiqué d’un côté, une brève annonce personnelle de l’autre: le List et Marc Lemmer voient leurs chemins se séparer. Le Luxembourg Institute of Science and Technology a informé sur le fait que Marc Lemmer «quitte, au 1er novembre 2015, le List où il occupait la fonction de chief business development officer».

Juste après la fusion des CRP Tudor et Lippmann à laquelle il a beaucoup travaillé, avec son alter ego Fernand Reinig, Marc Lemmer était chief strategy and innovation officer sur sa carte de visite.

Auparavant, il avait donc surtout été le CEO du CRP Henri Tudor, entre 2009 et le bout de son existence autonome, en décembre 2014.

La pointe du RTO

Puis le List s’était trouvé un grand format européen, en la personne de Gabriel Crean, pour diriger la nouvelle maison, installée à Belval depuis la rentrée académique.

Le communiqué du List souligne qu’il «remercie (M. Lemmer) pour son engagement professionnel et personnel tout au long des années qu’il a passées à la direction du CRP Henri Tudor, et pour sa contribution dans le regroupement et la création du List».

Marc Lemmer s’est contenté de se dire «très heureux et fier des années que j'ai pu passer à la direction générale du CRP Henri Tudor et d’avoir contribué à la création» du List, devenu un RTO (research and technology organisation) moderne, cherchant la pointe européenne en la matière, au bout d'un processus de rassemblement entamé sous le ministère de François Biltgen.

Idées et projets

L’ancien directeur n’en dit pas plus pour l’instant, ni sur son départ, ni sur son avenir professionnel. Il prend le temps de regarder des idées et projets intéressants avant de se fixer pour son activité future. Qui sera sans doute en relation avec les questions d’innovation, d’entrepreneuriat, de diversification économique et de promotion du Luxembourg mises en avant ces dernières années.

Marc Lemmer est encore membre, à titre personnel, du Conseil supérieur pour un développement durable (depuis 2011). D’autres mandats ont pris fin ces derniers mois. Il a notamment fait partie des dirigeants des sociétés Monitor et Open Assessment Technologies (jusque respectivement septembre et octobre dernier), deux spin-off de Tudor, mais aussi du board de la Fondation Restena, du conseil scientifique du FNR ou du groupement des RTO européens (European Association of Research and Technology Organisations – Earto).