POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Journée internationale

La longue marche contre l’homophobie



belgiangaypride.jpg

La Belgian Gay Pride était organisée samedi à Bruxelles, en prélude à la journée internationale. (Photo: licence cc )

La Journée internationale contre l’homophobie et la transphobie se déroule ce 17 mai. Une marche silencieuse est organisée par Amnesty International. Les JDL réclament une égalité de traitement pour le don de sang.

Les associations militant pour les droits des homosexuels et, plus largement, pour les droits de l’Homme organisent différentes actions ce 17 mai, à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre l’homophobie. 

Au Luxembourg, la section d’Amnesty International, en coordination avec le Centre d'information gay et lesbien, Rosa Lëtzebuerg organise une marche silencieuse pour attirer l’attention sur les personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres et intersexes (LGBTI) en demande d'asile et de protection internationale (DPI).

«Il s'agit d'une population extrêmement vulnérable qui doit faire face à de multiples difficultés du fait de leur orientation sexuelle, leur identité de genre et/ou leur expression de genre», indique Amnesty dans un communiqué.

Le rendez-vous est fixé sur le viaduc (pont reliant l'avenue de la Gare à la cité judiciaire) à 12h30 pour marcher jusqu’à la place Clairefontaine.

Un don de sang au cas par cas

Les Jonk Demokraten (JDL) partagent quant à eux leur souhait de réexaminer les modalités de don de sang pour les personnes homosexuelles, ce qui leur est à présent interdit. 

Les JDL pointent aussi le monopole de la Croix-Rouge sur la récolte de sang et déplorent que des critères de restriction à l’égard de l’orientation sexuelle soient mis en place, plutôt qu’une approche au cas par cas, en fonction de la situation à risque – ou non – du donateur.

Un appel à reconsidérer cette question qui s’adresse en premier lieu à la ministre de la Santé, Lydia Mutsch (LSAP), à qui les JDL demandent aussi que d’autres organismes puissent obtenir le droit d’organiser des récoltes de sang.