POLITIQUE & INSTITUTIONS

Communication et intégration

La langue française toujours dominante au Luxembourg



Si le luxembourgeois a gagné quelques parts de marché en 10 ans, c’est toujours le français qui reste la principale langue de communication et d’intégration au Grand-Duché, révèle un sondage réalisé par nos confrères du Jeudi.

À l’occasion de ses 20 ans, qu’il fête ce 1er juin, Le Jeudi a publié un sondage sur la place qu’occupe la langue française dans la société luxembourgeoise aujourd’hui.

Réalisé du 28 avril au 4 mai auprès de 615 résidents luxembourgeois et étrangers âgés de plus de 15 ans, il consacre le français comme étant la première langue de communication au Luxembourg, principalement au travail (62%), alors que le luxembourgeois domine dans la vie sociale (62%), ainsi qu’à la maison et avec les proches (57%).

Précision toutefois sur ce dernier point: cette proportion est de 94% pour les personnes de nationalité luxembourgeoise et de 15% seulement pour les résidents étrangers, où c’est le portugais qui domine.

Parler le luxembourgeois pour l’être

Comparativement à une même enquête menée il y a 10 ans, la langue de Molière, pour 55% des sondés (41% des Luxembourgeois et 70% des résidents étrangers), demeure toujours aussi – malgré un tassement – la principale langue d’intégration au Grand-Duché, devant le luxembourgeois à 35% (49% pour les Luxembourgeois et 20% pour les résidents étrangers), qui a, lui, légèrement progressé.

Toutefois, 71% des personnes interrogées affirment qu’au Luxembourg «maîtriser la langue luxembourgeoise est une nécessité pour s’intégrer dans la société», quand 64% d’entre elles affirment qu’«on ne peut se prétendre luxembourgeois sans la maîtrise de cette langue».

Pour 82% des sondés, être Luxembourgeois implique de parler la langue de Dicks, plutôt qu’à la fois le luxembourgeois et le français (66%), à la fois le luxembourgeois, le français et l’allemand (56%), à la fois le luxembourgeois et l’allemand (49%), ou à la fois le français et l’allemand (32%).

Le français «tendance et moderne»

Ils sont aussi favorables à 70% à l’instauration du luxembourgeois comme première langue administrative et législative «au même titre que la langue française», mais s’opposent majoritairement (61%) à ce que le luxembourgeois remplace le français.

La langue française est aussi considérée comme étant la plus «tendance» et la plus «moderne» aujourd’hui au Luxembourg (45%), devant l’anglais (25%), le luxembourgeois (14%), le portugais (4%) et l’allemand (23%).

Le français est aussi la principale langue utilisée par les seuls Luxembourgeois lorsqu’ils s’adressent aux étrangers (80%), aux résidents étrangers (73%) et aux frontaliers (70%), quand les seuls résidents étrangers l’utilisent également en priorité lorsqu’ils s’adressent à des Luxembourgeois (57%), et surtout à des étrangers d’une nationalité différente de la leur (67%).

Pas plus francophones que cela...

Mais langue française ne signifie pas nécessairement francophonie. Car si 64% des sondés affirment que le Luxembourg est aujourd’hui un pays francophone, 48% seulement disent qu’il doit le rester (contre 47% qui y sont opposés).

Et, surtout, 64% des personnes interrogées par Le Jeudi rejettent l’idée de mettre davantage l’accent au Luxembourg sur la langue française et la culture francophone, quand seulement 30% d’entre elles la soutiennent.

Enfin, dernier enseignement du sondage que publient nos confrères, s’il ne fallait connaître qu’une seule langue du pays et lui donner la priorité, le français n’arrive qu’en seconde position (42%), derrière le luxembourgeois (49%), davantage plébiscité par les nationaux (56%) que par les résidents étrangers (41%), qui sont plus favorables à l’utilisation de la langue fançaise (52% contre 34% pour les Luxembourgeois).