COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Téléphonie mobile

La fin annoncée des frais d’itinérance



roaming.jpg

Fin 2015, un appel passé depuis l'étranger ser facturé au même prix qu'un appel local. (Photo: DR)

À partir du 15 décembre 2015, les opérateurs nationaux ne pourront plus surfacturer l'itinérance à leurs clients, sous prétexte qu'ils utilisent leur téléphone dans un autre pays que le leur, dans l'Union européenne.

C’en est fini du roaming. Ou presque. À compter du 15 décembre 2015, les fais supplémentaires liés au passage ou à la réception de mails, de SMS ou de simples coups de téléphones depuis l’étranger ne pourront plus en effet être facturés par les opérateurs, selon une décision prise à la veille de ce week-end par le Parlement européen.

Pour de très nombreux Européens, cela représente un fameux changement puisque ces frais d’itinérance, notamment pour les travailleurs frontaliers, pouvaient parfois représenter des surcoûts considérables à leur forfait téléphonique.

Au point que selon un sondage, près d’une personne sur deux n’utilise jamais l’internet mobile lorsqu’elle se rend à l’étranger et qu’une sur quatre éteint tout simplement son portable pour éviter de mauvaises surprises.

Devoir d’information

En dehors de la suppression de ces frais, les opérateurs devront également informer les utilisateurs sur le débit moyen et minimal qu’ils proposeront sur internet, sur la couverture réelle de leurs réseaux de téléphones portables, et ce en plus de devoir fournir un service de suivi gratuit et efficace pour les services prépayés.

Soit pas mal d’obligations qui doivent encore être affinées d’ici là – la directive doit encore être avalisée par le Conseil – et surtout un énorme manque à gagner pour les opérateurs. Mais ceux-ci devraient toutefois pouvoir se rattraper en proposant leurs services là où ils le voudront dans tout l’espace des vingt-huit États membres.

Rien n’empêchera donc, à compter de la fin 2015, à Tango, Orange ou Post Luxembourg de proposer leurs services hors des frontières du Grand-Duché, à des clients italiens, polonais ou danois.