COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Diversity Awards

«La diversité permet aux entreprises de progresser»



patrick_goldschmidt_echevin_responsable_de_la_ville_de_luxembourg_nancy_thomas_directrice_de_lims_luxembourg_et_representant_le_comite_pour_la_charte_de_la_diversite_letzebuerg.jpg

Kickoff du Diversity Day organisé par la Charte diversité Luxembourg. (Photo: IMS Luxembourg)

Corinne Cahen, ministre de la Famille et de l’Intégration, et emblématique marraine de la Charte de la diversité Lëtzebuerg, vient de donner le coup d’envoi des Diversity Awards, qui seront remis au premier Diversity Day du 12 mai prochain. Mettre en lumière les meilleures initiatives et contribuer à bâtir une société plus inclusive en sont les deux moteurs. Les formulaires de candidature sont dès à présent accessibles en ligne en français et en anglais. Ils devront être remis le 30 mars avant minuit.

Organisée par le comité de la charte, cette journée nationale entend mobiliser acteurs privés, organisations publiques, associations et citoyens autour de la promotion de la diversité. Tout le monde est concerné, c’est ce que le ministère de la Famille veut réaffirmer. «45% des habitants du Luxembourg ne sont pas d’origine luxembourgeoise. La diversité est omniprésente dans notre pays. Nous la voyons d’abord comme une richesse. Elle s’incarne dans des différences de nationalité, mais aussi dans des questions liées à l’âge, à l’apparence physique, aux convictions religieuses, à la situation sociale, à l’origine culturelle… En prendre conscience est le premier travail. Les événements dramatiques de Charlie Hebdo nous montrent que la sensibilisation est plus que jamais importante. Avoir une journée dédiée était important pour le Luxembourg», contextualise Corinne Cahen.  

Une charte pour s’engager sur la durée

Lancée il y a deux ans, la charte regroupe aujourd’hui 116 signataires issus de tous secteurs. «Il est toujours important de rappeler que la diversité est un levier de croissance. Elle permet aux entreprises de progresser. Chacun l’expérimente au quotidien, dans la rue, dans sa vie de citoyen, etc. Les entreprises se doivent de refléter cette réalité», soutient Nancy Thomas, directrice de l’IMS, l’Institut pour le mouvement sociétal.

Pour Patrick Goldschmidt, échevin responsable de la Ville de Luxembourg, la première signataire du document, cet engagement permet à l’administration de mieux répondre aux attentes des citoyens, tout en jouant le rôle d’exemple. «En valorisant les différences, la Ville crée un environnement plus riche. Notre vision a toujours été d’envisager la diversité comme une force», partage-t-il. Sur les 3.850 personnes employées par l’administration communale, 31% sont des femmes et 25% ont plus de 50 ans. Le pourcentage de travailleurs à mobilité réduite tourne autour de 4,9%. Un groupe de travail planche en ce moment sur un plan d’action détaillé qui sera validé d’ici quelques semaines par le collègue échevinal.

Le baromètre de la diversité, publié le 10 décembre dernier, a permis un premier état des lieux de l’action des signataires. Ainsi, huit entreprises participantes sur 10 déclarent que leur engagement a eu un impact mesurable sur leur politique de diversité.

Coup de projecteur sur ce qui fonctionne

Le programme du 12 mai, doté du slogan «Agir pour la diversité», se découpera en plusieurs temps forts: visites officielles, ateliers, moments d’échange, conférence... La remise des prix se fera en fin de journée. Gratuite, la participation au concours est ouverte à tous, y compris aux entreprises non signataires. Chaque participant recevra un tool kit et pourra être coaché par le comité de la charte.

«Il n’y a aucun critère de taille, de secteur ou de statut. La diversité concerne chaque type d’organisation. Nous espérons notamment une forte mobilisation du secteur associatif. Ces tous premiers Awards viendront saluer les meilleures pratiques en la matière. Beaucoup de projets existent, mais restent parfois peu connus. Nous voulons décloisonner les initiatives, améliorer leur visibilité et partager les bonnes idées», affirme Corinne Cahen.

Les candidats aux Awards verront leur action évaluée à travers quatre catégories: recrutement, accueil et intégration; gestion des carrières; environnement et bien-être au travail; communication et valeurs de l’organisation. Un projet ne pouvant pas concourir dans ces quatre familles de critères, les entreprises seront invitées à postuler plusieurs fois si elles le souhaitent. 

Mobilisation à la carte

Lors de la journée du 12 mai, chaque entreprise candidate sera libre de choisir ce qui l’intéresse le plus: expositions, mobilisation du personnel, workshops participatifs, partenariats avec des associations… Une charte graphique commune sera dessinée pour l'occasion. «Cette journée est, avant toute chose, l’occasion de célébrer la diversité. C’est aussi l’occasion pour nous d’encourager les entreprises à investir encore davantage dans leurs ressources humaines. Il y a encore du travail pour pouvoir vivre librement dans la société, mais il faut aller de l’avant», achève Corinne Cahen. 

Parmi les dates à retenir d'ici là, le 25 février se tiendra un workshop avec toutes les entreprises candidates; et le 12 avril, elles devront renvoyer une fiche détaillée avec le contenu de leur projet. Un pré-jury sera chargé de faire une première sélection suivant une grille tenant compte du caractère innovant de la démarche, de son aspect réplicable ou encore de ses conséquences à long terme.