COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Expert

La communication qui parle



Filipe Domingues (Photo : Julien Becker)

Filipe Domingues (Photo : Julien Becker)

Communiquer efficacement suppose de bien définir sa cible et les supports. Mais c’est aussi oser se démarquer pour finalement se faire remarquer.

Pousser la porte d’une agence de communication suppose d’avoir une certaine idée de la stratégie à adopter. Pourtant, cette vision reste souvent lacunaire dans l’esprit des entreprises. « Les entreprises savent qu’elles ont besoin de communiquer, sur un point ou un autre – le lancement d’un nouveau produit ou service, la publication d’un bilan, etc. Elles pensent à un média qui leur semble le plus opportun – ce qui n’est pas toujours le cas ! Mais elles n’ont que rarement une vision stratégique de leur communication globale », constate Filipe Domingues, directeur de création chez Bunker Palace.

Oser la créativité, oser le risque

Pour la PME, le choix qui la fera se diriger vers une agence de communication plutôt qu’une autre dépendra des critères qu’elle jugera prioritaires : notoriété de l’agence, tarifs de leurs prestations ou qualité – et créativité ! – de leurs productions… À moins que le hasard guide les pas de celui qui se dit que toutes les agences doivent se valoir. Et, de ce fait, la stratégie, est généralement déléguée à l’agence de communication.

Or chaque agence a ses particularités, ses orientations, sa vision d’une communication efficace et qui touchera la cible voire drainera l’intérêt d’un public plus large. « Communiquer pour communiquer n’a pas de sens en soi. Une communication efficace ne se résume pas seulement en termes quantitatifs. Elle se doit d’abord de susciter la curiosité, de se démarquer par une approche percutante », souligne Filipe Domingues, sachant que percutant ne signifie pas nécessairement choquant ou provoquant !

Une communication utile atteindra plus facilement ses objectifs par le biais de la créativité et de l’esthétisme, mais également par une certaine dose de risque que certaines agences n’osent malheureusement plus prendre. « Pour la communication de l’International Jazz Festival, nous avons produit un programme dans les tons monochromes avec une nette dominante d’orange. Le grammage du papier choisi pour cette brochure n’était pas commun. Enfin, nous y avons accolé un petit programme sur la couverture, programme destiné à être décollé et emporté. Le retour du public a été très positif et finalement le client a apprécié notre prise de risque », développe Filipe Domingues. Que ce soit le support, le média ou l’esthétique, l’ensemble doit répondre à une réflexion préalable : « Site Internet, vidéo ou print, tout peut être utilisé, mais le choix doit se faire à bon escient. »

La prise de risque repose également sur la créativité et donc sur la gestion d’une certaine audace. Si au Luxembourg les entreprises qui osent la communication avant-gardiste se comptent pour la plupart dans le milieu culturel, d’autres sociétés se laissent embarquer vers ces rives, car elles se rendent de plus en plus compte que le public luxembourgeois est aujour­d’hui averti et ouvert. « Reste que quelques décideurs sont encore un brin conservateurs… », conclut l’homme de com’.


Express - Filipe Domingues

– 34 ans

– Administrateur et directeur de création de Bunker Palace depuis 2008