POLITIQUE & INSTITUTIONS — Politique

Immobilier

La «Cité de la sécurité sociale» avance



Le nouveau projet de la Cité de la Sécurité Sociale prévoit la création d'espaces de bureaux. (Photo: Architecture et Environnement / BLK2 Architekten)

Le nouveau projet de la Cité de la Sécurité Sociale prévoit la création d'espaces de bureaux. (Photo: Architecture et Environnement / BLK2 Architekten)

Le conseil communal de la Ville de Luxembourg du 23 octobre a donné son feu vert pour le PAP (plan d’aménagement particulier) de la «Cité de la sécurité sociale» à la gare.

Le terrain, d’une surface de 209 ares, est délimité par la rue de Hollerich, rue du Fort Wedell, la rue du Commerce et la place de la Gare. Son PAP a été élaboré par le bureau PACT, qui agit pour le Fonds de compensation commun au régime général de pension et vient formaliser le concept prévu par le projet lauréat de la consultation rémunérée initiée par le Fonds de compensation en 2015, projet du groupement Architecture et Environnement, BLK2 Böge Lindner K2 Architekten, Scheuvens & Wachten et Breimann & Bruun GmbH & Co. KG Landschaftsarchitekten.

La classification des terrains a changé avec le nouveau PAG (plan d’aménagement général) pour passer de «terrains réservés aux édifices et installations d’intérêt public» selon le plan Joly à «zone mixte urbaine centrale» superposée à un PAP «nouveau quartier». Toutefois, ce PAP déroge au principe des 25% de surface brute construite dédiée au logement en ne réservant que 4.200m2 au logement, soit environ 5% de la surface brute constructible. Mais cette dérogation est possible selon la partie écrite du nouveau PAG.

Cité de la Sécurité sociale

Ce quartier sensible va petit à petit pouvoir se transformer en un espace plus convivial, avec des restaurants et des terrasses...

Actuellement, le site est principalement occupé par un parking à ciel ouvert, deux bâtiments administratifs et quelques bâtiments subordonnés et sous-exploités, dont le bâtiment de l’Office des publications de l’Union européenne – qui n’a pas de valeur architecturale particulière et qui peut être remplacé par une construction neuve –, et le Centre des technologies d’information de l’État, dont le bâtiment datant des années 1980 sera remplacé dans une troisième phase de réalisation. Les places de parking supprimées ne seront pas remplacées.

Enfin, le projet prévoit 79.383m2 de surface constructible brute, dont 67.640m2 de bureaux parmi lesquels un ou plusieurs immeubles administratifs remplaçant l’ancien bâtiment des assurances sociales, 1.700m2 de commerces et 4.200m2 de logements. La densité sera de 40 unités de logement par hectare brut. Ce quartier sensible va petit à petit pouvoir se transformer en un espace plus convivial, avec des restaurants et des terrasses, une transformation urbaine qui se poursuivra avec le développement du projet sur les terrains de Heintz van Landewyck et Paul Wurth, ainsi que de l’arrivée du tram.