POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Mission économique en Asie

La Chine, partenaire spatial du Grand-Duché



schneider_cnsa_chine_spaceresources.jpg

Le vice-Premier ministre Étienne Schneider a signé un important accord de coopération avec Wu Yanhua, administrateur adjoint de l’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA). (Photo: MECO)

Le vice-Premier ministre et ministre de l’Économie vient de signer deux accords de coopération entre le Luxembourg et la République populaire de Chine.

Le ministère de l’Économie était resté assez discret sur le déroulement de la visite de travail de deux jours d’Étienne Schneider à Pékin lundi et mardi. On comprend mieux pourquoi en parcourant le communiqué publié mercredi matin: le n°2 du gouvernement a franchi une étape-clé dans le développement de l’industrie spatiale au Luxembourg en signant un accord de coopération avec l’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) prévoyant une coopération scientifique, technique, économique et politique entre les deux pays en matière d’«exploration et d’utilisation pacifiques de l’espace».

Une coopération qui embrasserait «sans s’y limiter les aspects économiques, juridiques, réglementaires et technologiques de l’utilisation des ressources spatiales».

Étienne Schneider emporte également dans son escarcelle un accord avec le Centre national des sciences spatiales chinois (NSCC) – institut de recherche en charge de la planification et de la gestion opérationnelle des missions scientifiques spatiales – visant à créer au Luxembourg un centre de recherche dédié à l’exploration de l’espace. Ce laboratoire, qui emploiera cinq personnes à ses débuts, prendra la forme d’une entité juridique indépendante et mènera des activités de recherche scientifique et de développement technologique, en particulier dans les secteurs liés aux objectifs de l’initiative Spaceresources.lu. Une nouvelle avancée qui contribue à renforcer encore l’initiative luxembourgeoise après d’autres accords signés avec les Émirats arabes unis ou encore l’Agence spatiale européenne.

Des officiers chinois bientôt à bord de navires luxembourgeois

Le ministre de l’Économie a par ailleurs rencontré son homologue chinois du Commerce, Zhong Shan, ainsi que des responsables du groupe aérospatial China Aerospace Science and Industry Corporation, dont la filiale HiWing détient une part majoritaire dans l’entreprise luxembourgeoise de composants d’automobiles IEE. Étienne Schneider a également pu échanger avec des dirigeants de Ant Financial, qui gère le service de paiement en ligne Alipay dans le giron d’Alibaba.

Dernier développement dans la marine marchande: le Luxembourg s’est engagé, via un accord avec l’empire du Milieu, à reconnaître les brevets et certificats chinois pour les officiers de marine marchande, qui pourront ainsi exercer à bord de navires battant pavillon luxembourgeois.