POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

Rapport de l’ASN

La centrale de Cattenom se fait tirer les oreilles



cattenom.png

Bien que saluant les efforts entrepris, l’ASN critique encore une fois le manque de résultat en matière de protection des salariés contre la radioactivité et les rejets excessifs dans la nature. (Photo: Flickr/DR)

Bien que le niveau général de sécurité de l’installation mosellane soit jugé conforme, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) note des lacunes dans les mesures de radioprotection et de protection de l’environnement, dans son rapport 2014.

Les rapports se suivent et se ressemblent pour les responsables de la centrale de Cattenom. Régulièrement pointée du doigt notamment pour ses insuffisances en matière de protection contre les radiations envers ses effectifs, la centrale mosellane ne semble pas encore avoir pris les mesures rectificatives. C’est en tout cas ce qui ressort du rapport 2014 de l’ASN.

Bien que considérant que «les performances en matière de sûreté nucléaire du site rejoignent globalement l’appréciation générale portée sur EDF (gestionnaire du site, ndlr)», l’instance de contrôle française indique que «le site doit retrouver davantage de rigueur dans l’exploitation des installations». Comprenez qu’«une maîtrise imparfaite des installations» a été relevée. Et l’ASN d’enfoncer le clou en soulignant que «à nouveau, la préparation des interventions a été prise en défaut».

L’attention doit être portée sur la propreté radiologique des locaux.

Rapport 2014 de l’Autorité de sûreté nucléaire

Un jugement toutefois atténué par le fait que les responsables du site ont effectué une analyse de retour d’expérience jugée «positive». Mais le gros point noir de la centrale lorraine se situe bel et bien dans «le respect du référentiel de maintenance, le suivi des écarts et la coordination des activités». Des défauts connus, au même titre que ceux enregistrés en matière de protection de l’environnement.

Dans son rapport, l’instance de contrôle relève que cette mission a été «à plusieurs reprises mise à défaut» au cours de l’année passée, avec notamment «le dépassement des limites réglementaires concernant les rejets de cuivre». Enfin, saluant les efforts entrepris par EDF pour améliorer les conditions de travail des salariés face à la radiation, l’ASN note cependant que «les résultats ne sont pas encore suffisants», une attention toute particulière devant être portée sur «la propreté radiologique des locaux après une année 2014 marquée par de nombreux événements dans ce domaine». Aucun incident majeur n’a toutefois été enregistré l’an passé sur le site situé à une quinzaine de kilomètres de la frontière luxembourgeoise.