POLITIQUE & INSTITUTIONS
INSTITUTIONS

Bilan

La bonne santé de l’entrepreneuriat au Luxembourg



shutterstock_1295893210.jpg

Les jeunes entrepreneurs sont plus souvent des hommes que des femmes. (Photo: Shutterstock)

Le rapport «Global Entrepreneurship Monitor 2017–2018» s’est intéressé à l’impact des initiatives gouvernementales qui visent à promouvoir l’esprit d’entreprendre. Au Luxembourg, elles sont efficaces.

Nyuko, Fit4Entrepreneurship, Fit4Start... Ce sont quelques-unes des initiatives gouvernementales auxquelles le «Global Entrepreneurship Monitor» (GEM) s’est intéressé en 2017-2018, afin de savoir si elles stimulaient ou pas l’intérêt du public. 13% de la population a déclaré que ces initiatives augmentaient son intérêt pour l’esprit d’entreprise. 

Bien mieux que la France

Globalement, l’entrepreneuriat se porte plutôt bien au Luxembourg avec un taux de représentativité de 9,3% par rapport à la population totale. C’est mieux que la moyenne européenne (8,3%), et c’est bien supérieur, par exemple, à la France (3,9%). 

La proportion de jeunes entrepreneurs est plus élevée chez les hommes (12,5%) que chez les femmes (5,9%). Un taux relativement stable au fil des années. La motivation de l’entrepreneur réside le plus souvent dans une volonté d’indépendance et 41% de la population estime, par ailleurs, avoir les compétences pour lancer son entreprise. La proportion est cependant plus élevée chez les hommes (50%) que chez les femmes (30%), mais aussi plus chez les personnes instruites (50%) que parmi les moins instruites (33%).

Le frein reste la peur de l’échec chez 53% des personnes qui perçoivent une opportunité de créer leur entreprise. Encore une fois, cette peur est plus présente chez les femmes (65%) que chez les hommes (45%).

50% d’entreprises innovantes

Les chiffres du GEM montrent aussi que 50% des entreprises en démarrage sont innovantes. Surtout, la proportion de jeunes entreprises est la plus élevée d’Europe avec 28,7%.

Les raisons de l’échec restent évidemment avant tout le manque de rentabilité, des raisons personnelles et des problèmes liés à un financement adéquat. 

Enfin, au Luxembourg, la proportion d’entrepreneurs qui quittent le secteur suite à la revente de leur activité est de loin plus élevée (11%) que la moyenne en Europe.`

Consulter le rapport