COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Ressources humaines

Recrutement

Korn/Ferry quitte le Luxembourg



marliere.jpg

Le cabinet d’executive search a finalement décidé de cesser ses activités au Grand-Duché. Celles-ci sont désormais poursuivies par l’un de ses anciens associés, Jean-François Marlière.

C’est désormais officiel: le cabinet d’executive search Korn/Ferry International a clôturé ses activités sur le marché luxembourgeois. Depuis le départ de son ancien managing director, Bernhard Dedenbach, il y a un peu moins d’un an, Jean-François Marlière, alors senior client partner de la société en avait repris les commandes. «Nous continuons à investir sur le marché luxembourgeois, qui est toujours stratégique pour le groupe, notamment dans le secteur financier», nous avait-il confié, début décembre 2009,

Entre-temps, la position du groupe (dont la maison mère se trouve aux Etats-Unis) concernant sa stratégie au Grand-Duché a fortement évolué, au point de décider la cessation pure et simple des activités.

«Il est exact que notre société n'a plus de présence physique au Luxembourg, mais Korn/Ferry International entend cependant continuer à servir sa clientèle luxembourgeoise par ses consultants basés dans les bureaux de Bruxelles, Francfort, Londres et Zürich», tient néanmoins à préciser Christophe Vandoorne, senior client partner et managing director Brussels de Korn/Ferry International.

Du coup, Jean-François Marlière vient de créer sa propre structure, le cabinet Marlière & Partners Executive Search. Il s'est établi à la même adresse où Korn/Ferry était basé, côte d’Eich, mais a pris d'autres bureaux à un autre étage de cette maison de maître.

Agé de 43 ans, il connaît plutôt bien son sujet, puisqu’il était entré chez Korn/Ferry à Bruxelles en 1997 et avait rejoint, deux ans plus tard, le bureau luxembourgeois du groupe.

«Notre intention est de croître et d’apporter une réponse adéquate en executive search dans les différents secteurs d’activité, aussi bien pour une clientèle locale qu'internationale», explique M. Marlière qui devrait, dès le début de l’année prochaine, être accompagné d’un deuxième associé.