POLITIQUE & INSTITUTIONS

Financement participatif

Kickstarter se décline désormais au Luxembourg



kickstarter-16x9.png

Les internautes luxembourgeois peuvent désormais tenter de financer leur projet via la plateforme la plus connue de crowdfunding. (Photo: Licence C.C.)

Lancée en 2009, la plateforme américaine de crowdfunding étend son réseau à travers l’Europe. Depuis mardi, elle est disponible dans cinq nouveaux pays, dont le Grand-Duché.

Solliciter les internautes pour le financement de son projet. C’est sur cette idée qu’a été lancée, en 2009, Kickstarter. Devenue la référence dans le domaine, la plateforme a décidé d’étendre son domaine d’action. Limité il y a quelques semaines encore aux seuls résidents américains, le site s’ouvre peu à peu. Depuis mardi, le Luxembourg, mais aussi l’Autriche, la Belgique, l’Italie et la Suisse bénéficient d’une entrée spécifique. La France et l’Allemagne avaient bénéficié d’une telle opération quelques semaines plus tôt.

Bien que le contenu reste identique à tous les pays, le lancement de la plateforme au Luxembourg se traduit par la mise en avant des projets lancés dans le pays. Particularité luxembourgeoise, le site est disponible en allemand et en français. Autre grande nouveauté, la disparition de l’obligation faite aux initiateurs de projet d’être domiciliés aux États-Unis et d’y posséder un compte bancaire.

Plusieurs projets lancés depuis le Grand-Duché sont d’ores et déjà visibles sur la plateforme. Celui qui bénéficie du plus de soutien pour le moment concerne la création d’une statue de 50 cm de hauteur initiée par l’artiste Aleksi Briclot. À neuf jours de la fin de son projet, il a recueilli environ 40.000 euros sur les 50.000 demandés. Depuis son lancement, Kickstarter a permis le financement de quelque 85.000 projets. Autant d’idées qui ont été mises en œuvre et pour lesquelles la plateforme a touché une commission de 5% sur le montant versé. Un pactole est estimé à 86 millions de dollars, soit 76,4 millions d’euros.