PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS
BANQUES

Changement d’approche de l’actionnaire

Keytrade Bank à vendre



capture_decran_2015-09-03_a_22.41.20.png

La banque en ligne à la pointe dans l'univers mobile voit ses racines remonter à 1998. (Photo: DR)

La banque en ligne, filiale de la coopérative belge Crelan, est mise en vente. L’entité luxembourgeoise fait – logiquement – partie du package.

Banque cherche repreneur. Quelques semaines après avoir annoncé des résultats 2014 encourageants et le passage des 200.000 clients début d’année, la banque en ligne Keytrade Bank est à vendre. 

Cette opération, confirmée par la direction de la banque à Paperjam.lu, concerne une centaine d’employés en Belgique, ainsi que la filiale luxembourgeoise qui fait logiquement partie du package. Celle-ci emploie neuf personnes qui sont dirigées depuis début 2014 par Thibault de Barsy. À noter que Keytrade Bank dispose aussi d’une succursale en Suisse. 

Détenue depuis 2005 par le Crédit agricole belge puis par le groupe Crelan bâti en 2013 sur la fusion du Crédit agricole et de la banque Centea, Keytrade Bank fait figure de réussite pour ses actionnaires (les Caisses coopératives belges) en ayant été pionnière de l’univers bancaire en ligne en Belgique. Les racines de Keytrade remontent d’ailleurs à 1998 avec le premier site d'investissement en ligne, sous le nom de VMS-Keytrade.

L’année suivante, la structure luxembourgeoise était créée. Depuis fin novembre 2009, elle a reçu l’autorisation d’exercer toutes les opérations bancaires propres à une structure de ce type de droit luxembourgeois.

Si la banque d’affaires Lazard a été mandatée, selon le quotidien belge L’Écho, pour trouver un repreneur, il ne s’agit pas de composer avec un contexte difficile, mais bien de se séparer d’une filiale pour des raisons d’approche du marché.

Les actionnaires de Crelan souhaitent en effet rester au plus proche de la philosophie d’une banque coopérative qu’ils ont affirmée cette année, pas forcément compatible avec l’univers du trading en ligne.

L’entité luxembourgeoise affiche actuellement quelque 1 milliard d’actifs sous gestion.