ENTREPRISES & STRATÉGIES

Nouveaux locaux

Ketterthill rejoint le pôle scientifique de Belval



ketterthill.jpg

Stéphane Gidenne présente la nouvelle chaîne robotique acquise par Ketterthill. (Photo: Christophe Olinger)

Les Laboratoires Ketterthill sont définitivement installés dans leurs nouveaux locaux sur le site de Belval. Un environnement plus propice aux activités d’analyses médicales. La société a investi dans un système d’automatisation des analyses qu’elle n’est que la quatrième au monde à posséder.

Initié en mars 2012, le projet d’emménagement des Laboratoires Ketterthill sur le site de Belval est désormais clôturé. L’inauguration officielle des nouveaux locaux se tient ce jeudi 12 novembre. «C’est la fin d’un processus de 18 mois destiné à l’aménagement des nouveaux espaces et à aucun moment la chaîne d’analyses n’a dû être interrompue», se réjouit Stéphane Gidenne.

Pour justifier le choix de Belval, l’administrateur délégué pointe différentes raisons: le besoin d’espaces supplémentaires, un environnement industriel – les anciens locaux d’Esch-sur-Alzette étaient situés à proximité d’une cimenterie – devenu un frein à l’obtention de certaines nouvelles normes environnementales, l’implantation dans un quartier en pleine expansion, proche de l’université et des instituts de recherche.

Ketterthill partage d’ailleurs ses nouveaux locaux de l’avenue du Swing avec le Luxembourg Centre for Systems Biomedecine (LCSB). «Nous espérons pouvoir développer des partenariats avec eux dans un avenir proche», note Stéphane Gidenne.

Automatisation des flux

Les Laboratoires Ketterthill ont profité de ce déménagement pour se doter d’équipements de dernière génération. La firme a notamment installé une chaîne robotique qui permet l’automatisation des tâches de prétraitement, d’acheminement et d’archivage des échantillons sanguins.

Un système d’origine allemande (GLP Systems) que Ketterthill est le quatrième laboratoire au monde à posséder. La chaîne, dans son ensemble, représente un investissement total de 3 millions d’euros. Elle permet désormais que 96 à 98% des 4.500 tubes entrant quotidiennement rendent leur verdict le même jour avant 19 heures, assure une plus grande sécurité de traitement et offre l’opportunité de recentrer les équipes techniques et les biologistes sur l’expertise scientifique et médicale.

Au total, le projet de transfert vers Belval a représenté un investissement de 14 millions d’euros. Mais le laboratoire d’analyses médicales dispose désormais de suffisamment de place pour pouvoir étendre sa chaîne robotique et multiplier le nombre d’analyses. «Nous connaissons actuellement une croissance de 5% par an», précise Stéphane Gidenne, qui annonce un chiffre d’affaires de 29 millions d’euros.

Nous connaissons une croissance de 5% par an.

Stéphane Gidenne, administration délégué Ketterthill

Pour rester dans les chiffres, notons que Ketterthill emploie 219 personnes dont 186 femmes. Et si l’administrateur délégué admet que des employés ont quitté l’entreprise à la suite du départ de l’ancien responsable, Jean-Luc Dourson, il précise avoir procédé à des nouveaux engagements pour revenir au moins au même niveau. Il refuse toutefois de se prononcer plus avant sur le conflit qui oppose M. Dourson à la maison mère française Cerba European Lab.