POLITIQUE & INSTITUTIONS — Europe

Journée internationale

Juncker sommé de lutter contre la corruption



La journée mondiale de lutte contre la corruption se déroule aujourd'hui. (Photo: Licence CC)

La journée mondiale de lutte contre la corruption se déroule aujourd'hui. (Photo: Licence CC)

Le consortium de journalistes à l'origine des révélations LuxLeaks a remis la pression sur le président de la Commission européenne pour lutter contre l'utilisation de structures pour «faire circuler l'argent sale».

ICIJ, le consortium de journalistes d'investigation, s'est rappelé au bon souvenir de Jean-Claude Juncker en lui adressant un courrier hier afin de lui demander de lutter contre la corruption.

Un timing sciemment choisi puisque le 9 décembre est officiellement la Journée mondiale de lutte contre la corruption, sous l'égide des Nations unies. Cette année, le thème choisi est «Rompez la chaîne de la corruption», phénomène «social, politique et économique complexe, qui touche tous les pays».

Après LuxLeaks et l'utilisation des rulings dénoncée par ICIJ, c'est donc aussi vis-à-vis de l'utilisation présumée de sociétés et de trusts «pour faire circuler l'argent corrompu à travers le système financier européen» que les signataires du courrier veulent voir Jean-Claude Juncker prendre des actions concrètes.

Une directive attendue

Et les travaux en cours pour refondre la directive anti-blanchiment offrent l'occasion, selon les journalistes, de «garantir que les informations relatives à la propriété réelle des sociétés et des trusts soient en accès public, permettant aux journalistes, aux ONG et à tout un chacun de surveiller les liens entre des criminels potentiels et leur utilisation de ces structures légales qui restent opaques à l'heure actuelle».

En mars dernier, le Parlement européen avait voté la proposition de directive dessinée par la Commission européenne précédente, revoyant à la hausse les critères de déclaration des bénéficiaires effectifs des sociétés, fondations et fiducies, dans des registres publics.

Il reste désormais au Parlement et aux États membres à se mettre d'accord sur les modalités pratiques de sa mise en application.

Le législateur luxembourgeois a déjà pris les devants en suspendant l'élaboration de la Fondation patrimoniale, sorte d'équivalent du trust anglo-saxon, en attendant la finalisation de cette directive.