ENTREPRISES & STRATÉGIES — Services & Conseils

Départ officiel

Johan Vanneste quitte le Findel pour Köln



7j0b2549_1024.jpg

En poste depuis janvier 2014, Johan Vanneste quittera ses fonctions de CEO de Lux-Airport «au plus tard» fin mai. (Photo: Maison Moderne/archives)

Le CEO de Lux-Airport prendra les rênes, au plus tard le 1er juin prochain, de l’aéroport de Köln/Bonn, annonce lundi le conseil de surveillance de l’infrastructure aéroportuaire allemande. Il était en poste depuis 2014.

Nouveau rebondissement au Findel. Après une année 2017 compliquée, marquée par de nombreux conflits, que ce soit au sein de l’Administration de la navigation aérienne ou de Lux-Airport, les responsables de l’aéroport luxembourgeois vont devoir chercher un nouveau CEO pour LuxAirport. Ce lundi, le conseil de surveillance de l’aéroport de Köln/Bonn annonce en effet la nomination de Johan Vanneste au poste de CEO «au plus tard le 1er juin 2018» ou au 1er mai «en cas de disponibilité anticipée».

«Lors de la réunion d’aujourd’hui, le conseil de surveillance a approuvé à l’unanimité la proposition faite par le comité exécutif vendredi dernier de nommer M. Vanneste comme nouveau directeur général et président de notre directoire», a indiqué Friedrich Merz, président du conseil de surveillance de l’aéroport allemand, cité dans un communiqué. Présenté comme un CEO «hautement qualifié», le Belge de 57 ans est attendu pour «apporter un changement culturel dans la gestion des employés de l’aéroport et dans la communication avec le public».

CEO de Lux-Airport depuis janvier 2014, suite au départ de Fernand Brisbois, Johan Vanneste a été celui qui aura accompagné le développement du Findel qui a accueilli, en 2017, 3,6 millions de passagers. Ils étaient 2,1 millions lors de son entrée en fonction. Discret de tempérament, le Belge passé par VLM devenue CityJet ou TNTR Airways, était parvenu à faire évoluer les modes de fonctionnement de l’aéroport, ce que dénonçaient notamment les syndicats. Aucune information sur le nom de son successeur n’a été communiquée. Contacté par Paperjam, Johan Vanneste indique avoir «saisi une opportunité rare après une longue réflexion» et assure «regretter de ne pas rester au Luxembourg, au vu notamment de tout ce qui a été fait avec mon équipe pour le développement du Findel».