POLITIQUE & INSTITUTIONS
POLITIQUE

#CelebratingLuxembourg

«Je suis fière de porter le ‘roude Léiw’»



capture_decran_2017-11-16_a_15.11.53.png

Kimberly Nelting, karatéka championne du monde junior. (Photos: World Karate Federation)

Maison Moderne a choisi de placer l’année 2017 sous le signe de #CelebratingLuxembourg pour mettre en lumière celles et ceux qui contribuent au rayonnement du pays à l’étranger. La série se poursuit avec Kimberly Nelting, championne du monde de karaté dans la catégorie des juniors -59kg.

Madame Nelting, vos activités de karatéka contribuent au rayonnement à l’international du Luxembourg. Quand en avez-vous pris conscience pour la première fois?

«Depuis que je suis petite, je pratique le karaté et j’ai participé à beaucoup de championnats nationaux et internationaux. Après avoir gagné quelques médailles, les gens commençaient à me reconnaître. Donc déjà à cet âge-là, je me suis fait des amis et j’ai noué des contacts à l’étranger. Ces contacts se sont multipliés lorsque j’ai été sélectionnée par l’équipe luxembourgeoise pour participer aux championnats d’Europe et du monde.

Avec le temps, je battais les membres des autres équipes nationales et c’est là que leurs entraîneurs m’ont jeté des coups d’œil. Le moment où j’ai vraiment réalisé que je suis connue à l’international, c’était le lendemain de ma victoire au Championnat du monde junior à Ténériffe (qui a eu lieu du 25 au 29 octobre dernier, ndlr). Dans le hall, beaucoup d’athlètes, d’entraîneurs et d’autres gens m’ont félicité, même ceux que je ne connaissais pas encore.

Comment se positionne, selon vous, le sport luxembourgeois en général et le karaté en particulier à l’international?

«En ce qui concerne le sport au Luxembourg, c’est très relatif et cela dépend des différents sports. En général, le karaté est un sport qui n’est pas autant pratiqué que le football ou le tennis par exemple. Ce sport ne reçoit, malheureusement, pas autant d’attention que les autres. Alors que le karaté est aussi un sport très dur, un sport de discipline, d’effort, de contrôle, d’énergie et d’esprit sportif.

Il faut s’entrainer tous les jours, tout comme les footballeurs, donc je ne vois pas pourquoi le karaté n’aurait pas la même reconnaissance que le football au Luxembourg. Heureusement, depuis qu’il est devenu un sport olympique, il gagne un peu plus de reconnaissance au niveau national et international. Mais j’espère que le karaté sera encore plus encouragé.

Le Luxembourg est un pays... fiable, dynamique et ouvert. Reconnaissez-vous le Luxembourg dans ces mots-clés retenus par le gouvernement?

«Oui. En effet, je crois qu’on est un pays fiable et dynamique. Par ailleurs, je trouve surtout que c’est un pays ouvert, étant donné que nous sommes un pays très multiculturel.

Que vous disent vos interlocuteurs à l’étranger sur le Luxembourg?

«Le Luxembourg est un très petit pays et un leader mondial dans le secteur bancaire. Ils savent qu’on a du talent dans les langues. Mais beaucoup des gens ne savent pas localiser notre pays sur la carte et souvent, j’explique que Luxembourg a trois pays voisins. En karaté, avant, quand les autres nations se rendaient compte qu’ils affronteraient le Luxembourg, ils étaient souvent soulagés. Ils croyaient que nous sommes un petit pays pas trop fort et ils nous sous-estiment.

Lors de championnats d’Europe ou du monde, nous avions toujours un peu du mal à nous imposer contre les grandes nations comme la France ou l’Italie. Il était bien plus facile de gagner des points ou de nous imposer en cas d’égalité. Il fallait vraiment montrer dès le début du combat et jusqu’à la fin que c’est nous qui dirigions le combat.

Il faut toujours être clair et net. Depuis lors, c’est déjà un peu mieux. À chaque victoire, le Luxembourg gagne en reconnaissance. Ma victoire au Championnat du monde, c’est une victoire pour mon équipe et pour mon pays. J’espère que grâce elle, j’aurais montré aux autres nations, grandes ou petites, que tout est possible, y compris pour le Luxembourg.

Celebrating Luxembourg

Et que leur répondez-vous pour leur donner envie de visiter le Luxembourg?

«Que le Luxembourg est un pays intéressant, ouvert et cosmopolite. J’aime beaucoup le fait qu’il y ait beaucoup de nationalités qui vivent en harmonie. Par ailleurs, on s’y sent très en sécurité: je peux sortir avec mes amies sans que mes parents n’aient à s’inquiéter. Luxembourg-ville a aussi une belle architecture, qui se caractérise à la fois par la modernité et l’histoire. Tout en étant tranquille, on y trouve aussi une bonne ambiance, de bons restaurants et beaucoup de magasins.

Je recommande aussi à quiconque voudrait venir au Luxembourg de visiter la vallée de la Pétrusse où tout le monde peut se relaxer, ou de visiter la région de la Moselle. Les belles routes des vins sont un ‘must’ ici au Luxembourg. Il y a bien sûr plein d’autres bonnes raisons de venir au Luxembourg et d’ailleurs, grâce à la petite taille du pays, on peut facilement atteindre tous les coins.

Quand avez-vous été particulièrement fière du Luxembourg?

«Les victoires d’autres athlètes, par exemple celles de Gilles Müller, ou les bons résultats comme celui de notre équipe nationale de football face à la France. On est un petit pays soudé dans tous les domaines. Je suis aussi fière de mon pays en ce qui concerne le karaté.

À chaque fois que je me présente à une compétition internationale, je suis fière de porter le ‘roude Léiw’ qui est cousu sur notre kimono. Je suis heureuse de ma victoire, mais je suis vraiment fière de faire gagner le Luxembourg!»

L’aventure #CelebratingLuxembourg continue sur celebratingluxembourg.com pour découvrir toutes les personnalités.

1 / 3

2 / 3

3 / 3