COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Fin du Feierkrop

«Il faut bien que ça cesse un jour»



preview-full-2018_01_26_feierkrop-1.jpg

À partir du 21 décembre, le Grand-Duché perdra son seul journal satirique. (Photo: Maison Moderne)

Malgré une situation financière positive, l’hebdomadaire satirique «de Feierkrop» cessera de paraître en fin d’année. Le responsable du Feierkrop, Jacques Drescher, estime qu’un hebdomadaire satirique au Luxembourg, c’est peut-être une «fin de série».

Ses victimes en seront ravies, ses 22.400 lecteurs, tristes: à partir du 21 décembre, le Grand-Duché perdra son seul journal satirique. L’hebdomadaire «de Feierkrop» annonçait, dans son édition de ce vendredi, qu’après 25 ans, il cessera de paraître dans les kiosques en fin d’année.

Le fondateur et responsable de l’hebdomadaire, Jacques Drescher, assurait ce vendredi sur radio 100,7 que la situation financière du Feierkrop était «saine» et que la coopérative prévoit des publications «sporadiques» après 2018.

Interrogé par la journaliste Sophie Morang, Jacques Drescher assurait également que l’hebdomadaire n’aurait pas de difficultés à trouver de nouveaux collaborateurs. Si une partie des membres fondateurs ont disparu, la relève est assurée.

Fin de série

En revanche, il a reconnu que l’équipe fondatrice se serait dit: «Tout doucement, ça suffit. Nous devons arrêter un jour, et nous estimons que c’est le bon moment. Pour ne pas un jour ‘devoir’ arrêter.»

Selon Jacques Drescher, le Feierkrop n’aurait pas raté la modernisation, digitale notamment. Du moins pas complètement, car l’hebdomadaire satirique avait créé une application mobile. Il estimait en revanche que le Feierkrop serait «peut-être un modèle de fin de série». Le Luxembourg a une longue tradition de journaux satiriques, estime Jacques Drescher, qui en revanche ne s’attend pas à ce qu’une nouvelle publication satirique «classique» puisse voir le jour.

Selon le mémoire de licence de l’actuel directeur du Service information et presse, Jean-Claude Olivier, «de neie Feierkrop est ouvertement de gauche. Mais l’hebdomadaire est indépendant de tout parti, quel qu’il soit. En fait, il n’est absolument pas politiquement neutre, mais ‘simplement’ opposé à tous les partis, syndicats, institutions et pouvoirs».