POLITIQUE & INSTITUTIONS

European Data Forum 2015

«Il faut aider l’UE à mener la révolution digitale»



xavier_bettel_european_data_forum_list.jpg

Xavier Bettel a encouragé l'audience à aider l'Europe dans la révolution digitale, lors de l'ouverture du European Data Forum ce lundi. (Photos: List)

Intégrité des données, échanges transfrontaliers, big data, analytics ou économie de la connaissance, voici le dense programme du European Data Forum. Sur deux jours, 900 experts de toute l’Europe se réunissent pour tenter de dessiner les contours du balbutiant marché unique digital.

Inauguré lundi par Xavier Bettel au centre de Conférences du Kirchberg, l'European Data Forum, rencontre européenne annuelle, a débuté ce lundi au Luxembourg dans le cadre de la présidence du Conseil de l’UE. Une des priorités d’ici le mois de décembre: avancer dans la digitalisation de l’économie et en finir avec l’incertitude réglementaire. «Le focus ne devrait pas seulement être sur l’infrastructure, mais aussi sur la recherche, la formation ou le recrutement de profils à haute valeur ajoutée. Il faut aider l’UE à mener la révolution digitale, notamment en modernisant le cadre législatif lié à la protection des données. Ce n’est plus acceptable que des entreprises quittent le continent pour réussir», a introduit le Premier ministre luxembourgeois.

Particulièrement dense, le programme, notamment mis au point par le List et Luxinnovation, a fait se rencontrer scientifiques, acteurs privés, spécialistes des data centers et autres représentants du secteur public autour du business de la donnée, la matière première par excellence de l’économie digitale. L’occasion aussi de montrer tous les atouts de la connectivité luxembourgeoise à une audience européenne. «Être petit ne devrait pas être un frein, a poursuivi Xavier Bettel. Avec des acteurs majeurs comme RTL ou SES, le Luxembourg a toujours vu grand. Il a aujourd’hui les atouts pour être un hub technologique au cœur de l’Europe. Digital Lëtzebuerg en est un autre exemple, même si le gouvernement ne peut pas travailler seul. Accélérer la transition nécessite une coopération public/privé renforcée. Nous devons casser les silos et avancer sur tous les fronts. Les entrepreneurs ont besoin de plus d’Europe.»

1 / 4

2 / 4

3 / 4

4 / 4

Big data synonyme de big business

Un constat est clair: pour tirer parti de la masse toujours plus importante de données disponibles et bâtir une économie de la connaissance dans tous ses recoins, l’UE devra investir. «Il y a de nets besoins de financement, souligne Stefan Rohringer, VP chez Infineon Technologies. Gouvernements, industries, instituts de recherche doivent avancer dans la même direction. Le big data représente à la fois des challenges et des opportunités immenses pour l’Europe. Il faut maintenant arrêter d’en parler et agir pour investir en conséquence.» Améliorer et garantir la sécurité des informations, alléger les obligations réglementaires et supprimer les barrières aux échanges font partie des priorités à moyen terme.

En filigrane: l’éducation, la recherche & développement et le soutien à l’innovation. L’Europe ne produit pas encore assez de spécialistes IT pointus pour répondre aux besoins de ses entreprises. Norbert Gaus, head of research and technology center chez Siemens AG, renchérit: «La digitalisation a déjà changé la manière dont on communique et dont on se divertit. Absolument tous les secteurs sont concernés par la vague numérique avec des degrés divers de maturité. Les analyses prédictives et prescriptives bouleversent déjà nos modèles économiques et la manière dont nous prenons nos décisions. Dans l’énergie ou la santé, il s’agit d’une vraie révolution. Dans le transport, utiliser les données des camions qui sillonnent les routes en permanence permet déjà d’améliorer la qualité de l’infrastructure. Pour parvenir à mettre en place ce marché numérique unique, nous avons besoin d’une mentalité de start-up et d’arrêter d’avoir peur de l’échec.»