PLACE FINANCIÈRE & MARCHÉS

Place financière

Hausse minime de l’emploi dans les banques



bcl_bcl.jpg

La BCL annonce l’embauche de 656 personnes dans les banques luxembourgeoises au dernier trimestre. (Photo: BCL)

Le taux d’emploi dans les banques résidentes augmente de 0,4% au dernier trimestre, une fois immunisé de la prise en charge des salaires des employés de Fastnet par Caceis. Le résultat reste toutefois surprenant alors que les annonces de plans sociaux se multiplient. Le modèle bancaire luxembourgeois semble surnager dans un contexte de crise.

L’actualité des banques luxembourgeoises en était restée à l’annonce du départ de la filiale luxembourgeoise du mastodonte bancaire brésilien, Banco Itaú. Du fait du transfert de ses activités de banque privée Europe dans ses bureaux récemment ouverts à Zürich, une des deux banques brésiliennes de l’avenue de la Porte Neuve devrait laisser sur le carreau 61 salariés.

Les groupes suisse et néerlandais UBS et ABN-Amro avaient eux aussi fait part ces derniers mois des suppressions de, respectivement, 3.500 et 2.350 postes. En sus de la chute de la valeur des actions bancaires au cours de l’année, on craignait donc pour les banques locales et leurs employés.

Hausse minime, mais hausse quand même

Mais voilà que la Banque centrale du Luxembourg fait savoir que l’emploi dans les établissements de crédit, au 30 septembre 2011, est en hausse de 2,2% en glissement sur un an… alors qu’au cours de cette période ont été annoncés les plans sociaux d’Argenta Bank Luxembourg (16 licenciements), KBL European Private Bankers (103 licenciements), LBBW (103 licenciements) et donc Banco Itaú.

L’institution luxembourgeoise annonce même que le nombre d’employés dans les banques résidentes a crû de 656 unités au cours du dernier trimestre. Cependant, puisqu’entre temps, Caceis a repris sous sa coupe quelque 558 employés de son service d’administration de fonds, Fastnet (autrefois propriété de Fortis), la BCL ramène le nombre d’embauches nettes à 98.

«56 établissements de crédit ont augmenté leurs effectifs au cours des trois derniers mois, avec des hausses allant de 1 à 42 salariés, explique le communiqué, alors que 33 établissements [les] ont diminués», avec des baisses oscillant entre 1 et 28 salariés.

Le Luxembourg relativement épargné

Dans un contexte de défiance à l’égard des banques, la voie du modèle bancaire luxembourgeois, basé sur la gestion de fortune, semblerait être la bonne. Marc Glesener, président du syndicat Aleba, veut rester prudent pour «voir comment les choses vont évoluer». Il se satisfait néanmoins du recrutement de «spécialistes», faisant notamment référence à l’orientation stratégique de BGL BNP Paribas vers la banque privée. «Pour l’instant, exception faite du départ d’Itaú, le secteur financier au Luxembourg semble évoluer de manière plutôt satisfaisante.»