COMMUNAUTÉS & EXPERTISES — Communication

Éditions

Guy Binsfeld est décédé



binsfeld.jpg

Guy Binsfeld avait créé sa société en 1979. (Photo: Binsfeld)

Le fondateur de la maison d’édition éponyme s’est éteint ce mercredi matin à son domicile. Il avait 77 ans.

«Nous avons le profond regret de vous faire part du décès inopiné de Guy Binsfeld à l’âge de 77 ans à son domicile ce matin. Fondateur des Éditions Guy Binsfeld et de l’agence Binsfeld il y a 35 ans, Guy nous a toujours marqués par sa jovialité, son enthousiasme, son ouverture d’esprit et sa passion pour les métiers de l’édition et de la communication.»

C’est par ces quelques lignes que l’agence Binsfeld a rendu public, ce mercredi soir, le décès de son fondateur historique, une des grandes figures du milieu de la communication au Luxembourg.

C’est en 1979 que Guy Binsfeld créa l’agence Idées et Actions, devenue Binsfeld Conseils en 1989, en même temps que les Éditions Guy Binsfeld. «Le besoin du marché existait, mais ce qui m'a poussé à créer mon agence, c'est avant tout la passion pour le métier dans tout son spectre, la communication. J'y suis depuis mes années estudiantines, avec à l'époque la création d'un journal étudiant», témoigna-t-il dans paperJam au moment du 25e anniversaire de la société.

Ancien journaliste

M. Binsfeld avait commencé sa carrière en tant que journaliste, au Lëtzebuerger Journal (de 1960 à 1964). Il quitta la profession pour créer, avec Léo Reuter, Interpublicité (aujourd'hui Interpub'), l’une des toutes premières agences-conseils en communication du pays.

En 1976, il avait posé un congé sans solde pour se consacrer, pendant deux années, à une campagne mondiale pour Amnesty International. C’est à son retour qu’il concrétisa l’idée de se lancer à son propre compte.

Son premier livre fut un coup de maître: un ouvrage consacré au Luxembourg, le premier sur cette thématique, richement illustré en couleurs. Bilan: 30.000 exemplaires vendus et un second tirage pour 20.000 autres. «Un tirage jamais atteint au Luxembourg», avait-il témoigné. 

C’est à la fin des années 80 que son fils, Marc, entra au sein de la structure à la tête de laquelle il est toujours.

À sa famille et à ses proches, Maison Moderne et la rédaction de paperJam adresse ses condoléances attristées.