ENTREPRISES & STRATÉGIES
TECHNOLOGIES

Projet de data center

Google prévoit d’investir un milliard d’euros au Luxembourg



google_investissement.jpg

Le projet n'est pas encore signé mais est d'ores et déjà attendu par la communauté ICT du pays. (Photo: Licence C.C.)

Le géant américain serait sur le point de réaliser un investissement équivalent à l’ensemble des annonces industrielles depuis un an, a indiqué ce jeudi la radio 100,7. Un contrat toutefois pas encore signé, la réponse devant intervenir «mi-juillet», selon Étienne Schneider.

Évoquée à demi-mot dans les couloirs du ministère de l’Économie depuis quelques mois, après la publication par Étienne Schneider (LSAP), ministre de l’Économie, d’une photo aux côtés de Larry Page, cofondateur de Google, l’implantation d’un data center du géant américain au Luxembourg est à l’étude. Selon nos confrères de la radio 100,7, l’investissement, qui représenterait «près d’un milliard d’euros» et prendrait place «sur un terrain de 25 hectares», n’est cependant pas encore finalisé. Ce projet concrétisé serait le plus grand data centre du pays.

Recherche: terrain

Interrogé par Paperjam sur le sujet mercredi à la sortie de la conférence de presse sur l’investissement de 100 millions d’euros réalisé par Ocsial juste avant son départ pour l’Estonie, le ministre a indiqué que «la décision devrait tomber mi-juillet, après qu’un report ait été obtenu, car le choix devait être fait fin juin». Aucun chiffre n’avait alors été évoqué, certains bruits de couloir se contentant d’évoquer «un projet qui pourrait être le plus important de cette législature».

Au cœur du blocage, sans surprise, la question du terrain. Selon une source proche du dossier, les négociations porteraient principalement sur le prix de vente demandé par les propriétaires actuels. Ceci dit, aucune information n’a filtré jusqu’ici sur la localisation éventuelle.

Pour mémoire, le Luxembourg recense à ce jour 19 data centers publics, d’une capacité totale supérieure à 41.000m² et gérés par des opérateurs aussi bien publics que privés. Huit d’entre eux disposent de la certification Tier IV, la norme la plus exigeante créée par l’Uptime Institute et qui garantit l’absence d’interruption de service.